Sommaire

Gestion des groupes

La définition des groupes est prise en charge par le fichier standard /etc/group déjà évoqué. La création d’un groupe doit précéder celle des comptes qui en seront membres.

1. Solaris, Linux, HP-UX : groupadd, groupmod, groupdel groupadd groupmod groupdel

Plutôt que d’éditer directement le fichier /etc/group, il est préférable d’utiliser les commandes officielles de gestion qui sont d’ailleurs d’une grande simplicité.

Exemples

Création d’un groupe eni de numéro 2 000 :

# groupadd  -g 2000  eni  
# tail  -1  /etc/group  
eni::2000: 
#

Le groupe eni est renommé en unixeni :

groupmod  -n unixeni  eni  
# tail  -1  /etc/group  
unixeni::2000: 
#

Le groupe unixeni est supprimé :

# groupdel  unixeni  
#

2. AIX : mkgroup, chgroup, rmgroup mkgroup chgroup rmgroup

Les versions AIX utilisent un jeu de commandes différent ainsi qu’un fichier complémentaire /etc/security/group qui permet une éventuelle délégation de pouvoirs, en désignant des administrateurs de groupes.

Exemple

# mkgroup  id=’2000’  eni  
# tail  -1  /etc/group  
eni:!:2000: 
# tail  -3  /etc/security/group  
eni: 
     adms = root 
     admin = false 
#