Sommaire

Organisation physique des fichiers sous Linux

Même si cette étape paraît rébarbative dans une approche utilisateur de Linux, l’apprentissage de l’organisation physique des systèmes de fichiers est primordial. Il permet une bonne compréhension de la notion de liens ainsi qu’une bonne gestion des droits d’accès.

Un système de fichiers physique peut être séparé en deux parties distinctes :

  • la table des inodes ;

  • les blocs de données.

Tout fichier est constitué d’un inode contenant les informations relatives au fichier et d’un certain nombre de blocs de données contenant les données utilisateur stockées dans le fichier.

1. Inodes

Chaque fichier est représenté par une structure appelée inode (index node). Ces inodes sont regroupés dans une table et sont identifiables par un numéro.

L’inode contient la totalité des informations sur le fichier, sauf son nom :

  • Type de fichier : - (ordinaire), d (répertoire), l (lien symbolique), b (bloc), c (caractère), p (tube), s (socket).

  • Mode ou droits d’accès au fichier.

  • Nombre de liens physiques (hard links) : correspond au nombre de références, c’est-à-dire au nombre de noms pour ce même fichier.

  • UID ou identifiant de l’utilisateur propriétaire.

  • GID ou identifiant du groupe propriétaire.

  • Taille du fichier en nombre d’octets.

  • Dates de la dernière consultation, modification ...