L’encodeur rotatif Encodeur rotatif

Il ressemble au potentiomètre, mais vous pouvez le tourner à l’infini dans un sens ou dans l’autre. En fait, il est composé de deux boutons poussoirs légèrement décalés qui sont actionnés par rotation de l’encodeur. Certains modèles en possèdent même un troisième actionné par appui sur le bouton.

Contrairement au potentiomètre, la rotation n’est pas libre, il y a des petits crans. Le passage d’un cran à l’autre correspond à un appui suivi d’un relâchement du bouton 1 (dans un sens comme dans l’autre). Mais au moment où le bouton 1 est relâché, le bouton 2 reste en position appuyée si l’on tourne dans un sens, et relâchée si l’on tourne dans l’autre. Cela permet de connaître le sens de rotation.

Comme pour la LED RGB, vous pouvez le trouver sous forme d’un simple composant à trois pattes. Celle du milieu est commune aux deux boutons, il faut donc la relier à la borne GND (ou 5 V suivant votre montage). Les deux autres correspondent à chacun des deux boutons. Sur certains modèles, vous pouvez avoir deux pattes supplémentaires de l’autre côté. Ce sont les broches prévues pour le troisième bouton, qui est indépendant.

L’encodeur rotatif existe aussi sous forme de module. Les broches sont repérées...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_LF2ARD.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les LED adressables (Neopixel)
Suivant
Le buzzer