La Pyramide de testspyramide de tests idéale

Inversement, donc, une cartographie efficace des tests devrait ressembler à cela :

images/08DP204.png

Nous pouvons constater que les tests unitaires constituent la base de la pyramide. Plus ces tests seront nombreux, plus la pyramide aura une base solide donnant par conséquent à l’application une meilleure qualité car elle possédera une bonne stabilité. Il est également important de constater que ces tests sont par construction automatisables car il s’agit de tests réalisés sous forme de code. Le coût de leur mise en place et de leur exécution est donc peu élevé, et ils offrent une réactivité très forte pour détecter les problèmes.

Viennent ensuite les tests à un niveau composant ou service, qui permettent de valider des comportements fonctionnels du système mettant en jeu un ou plusieurs composants. Comme on l’a vu, l’objectif est de pouvoir valider la conformité aux besoins exprimés au plus près des composants techniques qui implémentent la logique fonctionnelle. L’avantage de ceux-ci, c’est que même s’ils sont un peu plus complexes à mettre en œuvre qu’un test unitaire, ils sont facilement automatisables et compte tenu de leur portée « bornée », on doit pouvoir les exécuter indépendamment les uns des autres et les inclure très facilement dans...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP3SCRU.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Anti-pattern : le cornet de glace
Suivant
Les testeurs dans l’équipe Scrum