Avant-propos

Ah, la messagerie électronique ! Qui n’a jamais pesté contre un interlocuteur qui vous envoie un e-mail et qui rappelle dans la minute pour savoir si vous l’avez bien reçu et pour demander une réponse urgente, si possible dans la seconde qui suit ! Ou la personne qui vous téléphone pour vous dire que le message très urgent envoyé il y a trois jours mais détruit par votre logiciel antispam vous a fait perdre une affaire.

La messagerie électronique est devenue en une quinzaine d’années l’un des outils informatiques qui ont accéléré le temps dans notre environnement de travail quotidien. Depuis, nous avons l’impression de devoir tout faire plus vite, toujours plus vite, et d’avoir un fil à la patte en étant toujours relié à un système numérique d’échange d’informations ou d’alerte, bref, d’être sans cesse connecté à notre travail. C’est devenu l’un des systèmes les plus indispensables et les plus critiques de notre vie numérique. Si des études pouvaient être menées dans des entreprises de toute taille, de la TPE à la multinationale, quelle serait la tolérance en secondes, minutes ou heures de l’indisponibilité du service de messagerie électronique ? Je ne vous prendrai que l’exemple du secteur de l’industrie des arts graphiques...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_ei10excs.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Titre, auteur...
Suivant
Introduction : principales nouveautés d'Exchange Server 2010