Les mauvaises pratiques observées

1. Une mauvaise gestion des catégories d’exigence

a. Ne pas comprendre la nature des exigences

Comme nous l’avons illustré précédemment, le guide utilisateur de QC n’est pas d’un grand secours sur la bonne compréhension de la mise en œuvre des exigences : il décrit techniquement comment utiliser les fonctions de l’outil, mais il ne dit pas pourquoi.

En termes de règles de gestion, même chose. En fait, QC vous empêchera de créer un folder ailleurs qu’à l’intérieur d’un autre folder. Mais c’est là la seule restriction imposée. Toutes les autres actions sont possibles dans la version non customisée de l’outil.

Dès lors qu’il ne vous accompagne pas, tout devient possible avec QC. Livrés à eux-mêmes, les utilisateurs exploitent alors QC selon la coutume - que celle-ci soit ou non une bonne pratique.

Il est alors fréquent que les exigences Functional soient utilisées exclusivement avec les folders, les autres catégories étant inutilisées.

Et si nous ajoutons à cela que les seules exigences Functional peuvent ne pas représenter les caractéristiques d’un logiciel, mais une simple règle de gestion ou une contrainte quelconque - voire même une tâche - alors le référentiel des exigences subit une dégradation très forte. Nous avons évoqué...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPALMQC.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les catégories d'exigence
Suivant
Customisations conseillées : deux possibilités