Les inconvénients

Nous venons de proposer une méthode pour utiliser QC en Agilité et ce, dans le cadre d’une organisation avec une équipe de test transverse.

Le lecteur aura noté que cette proposition est loin d’être simple, mais qu’elle n’est pas liée à l’outil Quality Center : l’Agilité ne prévoit pas nativement l’organisation des tests.

Au contraire même, car QC permet justement grâce à une bonne connaissance de ses fonctionnalités, de proposer une réponse. Nous vous proposons cependant pour terminer de découvrir les inconvénients d’une telle implémentation.

1. QC n’est pas fondamentalement orienté vers l’Agilité

a. Pas de kanban, pas d’indicateurs Agiles

Les équipes de développement coutumières de l’Agilité attendent d’un outil qu’il présente le kanban pendant les Sprints. Et QC ne propose pas cela en standard. Seul l’ajout d’un plug-in le permet.

Pouvoir ainsi saisir les post-its électroniques pour les basculer d’une colonne à l’autre, permettre le calcul de la complexité globale d’un Sprint Backlog avant son lancement, la mesure de la vélocité surtout… toutes ces lacunes n’en font pas un outil propice à l’Agilité.

Mais ce serait oublier que QC est d’abord un outil de test.

Il est donc normal de rencontrer...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPALMQC.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Gérer ou ne pas gérer les Defects ?
Suivant
Conclusion