Sommaire

Types et langages

1. Langages typés ou non

Quelques langages sont très souples avec les variables. Vous pouvez tout d’abord y mettre des nombres, puis du texte, puis de nouveau des nombres. Ces langages sont dits "non typés". Certains poussent le raisonnement assez loin : une variable peut contenir le chiffre 3 et l’autre le texte "3 petits cochons", il pourra les additionner (ce qui devrait donner 6) ! C’est le cas du PHP par exemple : le type de la variable dépend alors de son contexte d’utilisation, le langage tentant de convertir son contenu quand c’est possible !

À l’inverse, d’autres langages sont de "typage fort" où toutes les variables doivent être déclarées de manière extrêmement précise : type, signe, longueur et les éventuelles conversions doivent être explicites.

En algorithmique, vous vous contenterez de donner le nom, le type et éventuellement la taille de la variable, qui gardera ses propriétés tout au long de l’algorithme, sa valeur pouvant bien entendu évoluer.

2. La gestion de la mémoire

La gestion de la mémoire est le calvaire des programmeurs en langages de bas niveau ou même de haut niveau quand ceux-ci laissent au programmeur la tâche de gérer la mémoire lui-même. C’est le cas de langages comme le C ou le C++. Imaginez une chaîne de caractères "Hello World!". Celle-ci ...