Mauvaises pratiques observées

Les mauvaises pratiques exposées ci-après sont pour l’essentiel effectuées par ceux qui administrent et customisent ALM QC.

Dès lors, si vous constatez que vous vivez l’une de ces situations, vous ne serez probablement pas en mesure d’agir vous-même pour redresser votre projet. Il devient alors nécessaire de faire appel à d’autres intervenants habilités (et peut-être leur suggérer de lire ce livre).

1. Ne pas avoir une Vision claire des rôlesvision claire des rôles

a. Un projet est une vision

On ne le dira jamais assez, mais un projet est une activité humaine qui demande une vision. Et le moyen le plus simple pour cela est d’avoir un schéma que vous pouvez partager et qui permet à chacun de voir le projet et de se situer à l’intérieur.

Aussi, dès qu’un projet n’est pas porté par une vision, le " Qui fait quoiqui fait quoi" devient flou. Pas plus qu’un architecte et des maçons peuvent construire une maison sans plan, une équipe projet ne peut mettre en œuvre un outil de type "Application Lifecycle Management" sans décrire l’organisation des équipes et des processus.

Cette remarque vous fera probablement sourire. Et pourtant, si vous la trouvez ici en première place des mauvaises pratiques que nous avons observées, ce n’est pas un hasard !

b. Connaître ALM QC, connaître...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPALMQC.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Organisation proposée
Suivant
Les permissions de la MOA