Une IA forteIA forte

La croissance exponentielle des capacités informatiques selon les Lois de Moorelois de Moore a permis aux ordinateurs de rivaliser avec l’homme sur des tâches précises en quelques années seulement. Les transistors se font de plus en plus petits, de plus en plus nombreux, de moins en moins coûteux en matériaux comme en énergie, à tel point que beaucoup de scientifiques sont aujourd’hui convaincus de l’émergence prochaine d’une superintelligence qui rivaliserait avec l’homme (N. Bostrom, Superintelligence, Avant-Propos, 2014 (trad. 2017)).

images/P4-03DP01.png

Potentiellement consciente d’elle-même, peut-être à même d’éprouver des sentiments, mais en tout cas simulant l’intelligence humaine dans toutes ses activités, les principales craintes quant à l’émergence de cette intelligence artificielle forte sont liées à son support même.

Dénuée d’enveloppe physique biologique, une telle intelligence ne serait limitée que par la puissance de calcul à sa disposition, faisant coïncider l’apparition de la première IA forte avec la singularité technologique.

La singularité technologique repose sur un postulat simple : à partir du moment où l’être humain, l’intelligence biologique normale, est parvenu à donner naissance à l’intelligence artificielle, nul doute que cette...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Pour une IA complémentaire de l’humain
Suivant
La personnalité juridique de l'IA forte