Sommaire

Introduction

Après avoir préparé la carte microSD, connecté tous les câbles sur le Raspberry Pi, mis sous tension et configuré le système, l’écran affiche enfin ses premiers mots.

Mais pourquoi utiliser ce mode texte archaïque alors qu’il est possible de travailler sur de superbes écrans graphiques avec la souris ? Plusieurs raisons expliquent ce choix.

Le mode texte est disponible sur toutes les distributions

Historiquement, le mode texte est le mode natif de Linux. Les interfaces graphiques sont venues se greffer par-dessus. Sur toutes les distributions, le mode texte est accessible à travers des consoles ou tty (TeleType = machine à écrire pilotée à distance). Les combinaisons de touches [Ctrl][Alt][F1] à [Ctrl][Alt][F6] donnent accès à six consoles dans lesquelles des utilisateurs différents peuvent lancer des tâches différentes. La combinaison [Ctrl][Alt][F7] permet de passer au mode graphique (s’il existe).

Le mode texte consomme peu de ressources

Sur tout ordinateur, le microprocesseur partage son temps entre les différentes tâches qu’il doit exécuter. La création, la gestion d’un ensemble de fenêtres et de leur contenu consomme de la puissance de calcul. Sur certaines machines, il y a parfois une dizaine de fenêtres ouvertes sur autant d’applications, un navigateur web dans lequel des onglets sont restés ouverts… Tout cela est géré ...