Sommaire

Architecture agile

À première vue, on pourrait croire à un oxymore, car l’architecture est culturellement une des étapes du Waterfall, et l’agilité est contre une conception totale et complète en amont du développement (c’est l’antipattern "Big Design Up Front") ; en revanche, elle n’interdit pas la conception, bien au contraire [Martin 2015b] !

Dans une approche Shuhari, on va examiner ce que propose "TOGAF", un standard reconnu dans le domaine de l’architecture [TOGAF 2018].

images/I-icone.png
Modèle "Shu-ha-ri" -images/i06.png

Shuhari est un concept issu des arts martiaux japonais qui décrit les trois étapes de l’apprentissage :

  • Shu (images/i07.png - "protéger", "obéir") : c’est la sagesse traditionnelle, qui consiste à apprendre les fondamentaux.
  • Ha (images/i08.png - "se détacher", "digresser") : cette étape correspond à casser avec la tradition pour trouver les exceptions à la sagesse traditionnelle et trouver de nouvelles approches.
  • Ri (images/i09.png - "quitter", "se séparer") : à partir de ce point, il s’agit de transcender les choses, car finalement il n’y a pas de technique ou de sagesse traditionnelle, tous les mouvements sont permis.

Depuis les années 1990, un framework générique de génération d’architecture pour l’entreprise nommé TOGAF (applicable au waterfall et à l’agile) ...