Introduction

Les bibliothèques sont un objet particulier des systèmes d’exploitation qui permet de factoriser le code. Cela signifie que certaines fonctionnalités peuvent ainsi être d’une part partagées par les programmes, et d’autre part, que les programmes peuvent profiter des mêmes fonctionnalités sans pour autant les implémenter. Les bibliothèques peuvent généralement être présentes sous deux formes sur les systèmes modernes : statique ou dynamique. Dans le cas des bibliothèques dynamiques, le système charge la bibliothèque à la demande du premier programme qui en a besoin, et tout autre programme peut ensuite profiter immédiatement des mêmes fonctionnalités. Dans le cas des bibliothèques statiques, les exécutables contiennent une forme binaire de celle-ci avec le programme, ce qui est généralement utilisé lorsque la bibliothèque n’est pas installée au préalable et que vous ne comptez pas le faire.

Les bibliothèques permettent donc de ne pas réinventer la roue, et souvent, d’utiliser du code plus optimisé que vous auriez pu ne l’écrire vous-même (par manque de connaissance, d’expérience ou tout simplement de temps). De plus, une bibliothèque est souvent utilisée par plusieurs programmes, ce qui accroît le nombre de personnes pouvant identifier, voire corriger, des bogues...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EI3CACT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Passer des paramètres au préprocesseur
Suivant
Créer et utiliser une bibliothèque avec les outils GNU