Notes

1 Cf. Y. MENECEUR, L’intelligence artificielle en procès. Plaidoyer pour une réglementation internationale et européenne, Bruylant, Paris, 2020, 450 p.

2 Par cette expression nous entendons les multiples applications de l’IA dans notre vie quotidienne, comme les algorithmes qui déterminent les musiques et les vidéos qui nous sont proposées ou encore les publicités qui apparaissent sur les pages internet que nous consultons, (voir à ce sujet, P. BESSE, C. CASTETS-RENARD, A. GARIVIER et J.-M. LOUBES, « L’IA du quotidien peut-elle être Ethique : Loyauté des Algorithmes d’Apprentissage Automatique, 2018, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01886699v2/document. »).

3 Dès 1976, Joseph Weiznbaum indiquait que l’IA ne devrait jamais être utilisée afin de remplacer des individus qui occupent des positions impliquant un pouvoir, comme des soldats, des policiers, des m&eac ...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Instaurer une gouvernance de l’éthique
Suivant
Introduction