Exemple appliqué : l’urbanisation fonctionnelle de la GRC et de l’e-administration de la ville d’Étaim-Lalampe Urbanisation:fonctionnelle

Lorsque la ville d’Étaim-Lalampe (60 000 habitants) a pris la décision de développer et de généraliser son bloc fonctionnel gestion de la relation citoyens (GRC), dématérialisation et e-administration, elle s’est d’emblée trouvée confrontée à deux dilemmes d’urbanisation : celui du « tout est dans tout » et celui de la « verticalité contre transversalité ». La vision que les élus avaient du projet reposait sur le principe d’une GRC transversale et universelle, dans laquelle versaient tous les flux entrants, de quelque nature qu’ils soient et quel que soit le canal qu’ils empruntent. La commande politique était donc de type « tout » et « transversalité », avec comme point de mire une vision à 360 degrés des demandes du citoyen-usager.

Le management s’interrogeait sur les conséquences que pouvaient avoir ces orientations urbanistiques. Il s’inquiétait particulièrement des perspectives suivantes :

  • Faire converger toutes les applications métier vers la GRC conduisait à multiplier les interfaces et complexifiait les problématiques d’homogénéité des modèles...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP2PILSI.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les réponses aux dilemmes : l’expérience de l’Agence publique territoires entreprenants
Suivant
L’infogérance, problématique des SI modernes