Bloc 2 : les facteurs techniques

  • Structure indexable.

  • CMS.

  • Présence de H1/H2.

  • HTTPS.

  • Nom de domaine.

  • Ancienneté du domaine.

  • Classement TLD (extension domaine).

  • Taille du fichier (Ratio contenu/code).

  • Vitesse du site.

  • Longueur de l’URL - Lisibilité de l’URL.

La structure du site doit être indexée par le moteur

Pour cela, le langage utilisé pour la construction des pages doit être en HTML. Le site doit avoir une structure «  lisible  » par les moteurs. Par exemple, un site réalisé en Flash ne sera pas référencé par Google puisque les contenus des sites dits « Full Flash » (réalisés à 100 % en Flash) ne sont pas lus par Google. Matt Cutts, un des principaux responsables de Google a écrit : «  Nous travaillons sur les systèmes comme Flash, mais il n’y aura jamais mieux qu’un site HTML  ». Un site 100 % Flash n’est pas indexable par Google, car il n’identifie qu’une seule page vide  !

Contraintes, obstacles et freins au référencement

Le référencement et l’optimisation potentielle du positionnement se pensent dès la rédaction du cahier des charges, des choix techniques ainsi que du logiciel CMS (Content Management System) utilisés.

Il faut penser, le cas échéant, aux possibilités de modifier les balises Title, d’insérer des balises H1 et de réécrire...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
MB3WM.PNG
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Bloc 1 : les facteurs de contenus
Suivant
Bloc 3 : les signaux sociaux