La théorie de la normalisation

1. La relation universelle

L’expression des besoins des utilisateurs, recensant les données à gérer dans leur Système d’Information et les règles de gestion à y appliquer, est à l’origine des schémas de relation et de la base de données relationnelle résultante.

Généralement, en partant du dictionnaire des données, il est facile de regrouper les données d’une entité car elle a toujours une existence visible dans la réalité.

Par contre, il n’est pas toujours évident de positionner les données qui semblent dépendre de plusieurs autres données source.

Faut-il les regrouper :

  • sous une donnée source aux dépens des autres données source (et donc si l’on se réfère au schéma entités-associations, sous une entité) ?

  • sous une composition de données source (et donc, sous une association unissant plusieurs entités) ? La composition de ces données source est-elle exacte (toutes les données source nécessaires y sont-elles ? N’y a-t-il pas une ou n donnée(s) source inutile(s) ?) ?

Ces questions ne sont pas anodines, de leur réponse dépendra la qualité des schémas de relation.

Exemple

Reprenons l’exemple d’une grande entreprise française, fondée il y a 10 ans et comportant des filiales...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
RIRALG.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Introduction
Suivant
Processus de normalisation