Sommaire

Quelques rappels indispensables

Le noyau Unix n’intègre pas de sémantique sur les noms des fichiers et la notion d’extension n’existe pas.

Il n’y a pas de caractères interdits pour constituer un nom (sauf le / qui sert de séparateur dans les chemins). On se contente tout naturellement des lettres, des chiffres et du caractère _ (tiret bas) pour former des noms composés. Les minuscules et les majuscules sont différentes. Il est habituel de réserver l’utilisation des majuscules à des fichiers particuliers que l’on veut placer en tête de liste dans un affichage (README, LISEZMOI...).

Par tradition, certains fichiers d’initialisation ou de paramétrage ont des noms qui commencent par un point (.profile, .bash_profile, .exrc...). Le point devant un nom de fichier rend ce fichier invisible lors de l’utilisation de la commande ls.

Sur de très anciennes versions, les noms étaient limités à 14 caractères. On dispose aujourd’hui des noms longs (pouvant aller jusqu’à 255 caractères).

Pour l’utilisateur, le système de fichiers Unix apparaît comme une arborescence de répertoires. On y distingue quatre types principaux de fichiers :

Fichier ordinaire

Le noyau Unix ne distingue pas les types de contenus (texte, binaire). Il faut recourir à la commande file qui lit le début du fichier pour identifier la nature de ce contenu.

Répertoire

De par le concept ...