La normalisation des tables

Lorsque le schéma relationnel est défini afin de répondre à tous les besoins des utilisateurs, il est nécessaire de le normaliser afin d’éviter toute redondance d’information ainsi que toute structure non conforme avec le modèle relationnel. Lorsque cette opération est réalisée, à des fins d’optimisation, le schéma pourra alors être dénormalisé bien que cette opération soit rarement la meilleure. Si le développeur dénormalise le schéma, il doit également mettre en place l’ensemble du mécanisme qui permet de maintenir la cohérence des données. En effet, le modèle relationnel, et donc les SGBDR, ne peut garantir la cohérence des données que sur des modèles normalisés.

Les formes normales permettent de s’assurer que le schéma est bien conforme au modèle relationnel. Il existe de façon théorique cinq formes normales, mais dans la pratique, seules les trois premières sont appliquées.

L’application des formes normales nécessite de bien maîtriser le concept de dépendance fonctionnelle. Une donnée dépend fonctionnellement d’une autre lorsque la connaissance de la seconde permet de déterminer la valeur de la première. Par exemple, il est possible de dire que dans une application de gestion commerciale, il existe une dépendance...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_RI19SQL.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les contraintes d'intégrité référentielle et les clés étrangères
Suivant
Le schéma relationnel de la base de données et le dictionnaire des données