Sommaire

Introduction

La connectique optique est un domaine apparemment anodin, car maîtrisé depuis de nombreuses décennies. Un demi-siècle déjà depuis la première utilisation de la première fiche optique, la FSM-A (Fiber Sub-Miniature A), posée sur la première fibre optique en 1970.

Et pourtant… c’est un domaine dans lequel les choses ne bougent pas pendant des années. On croit tout connaître. Et, d’un coup, en cinq ans, de 2014 à 2019, quatre nouveaux modèles de connectique optique pour les centres de données ont vu le jour : les MXC, CS, MDC et DN.

Et pourtant… c’est un domaine délicat, car le moindre grain de poussière "casse" la bonne organisation des chaînes de transmission des signaux lumineux. C’est ainsi que le vrai problème n’est pas tant de choisir la connectique optique idoine pour chaque type d’application de protocole, de débit ou d’architecture, que de veiller au bon aboutement des fibres optiques entre elles et de surveiller les faces optiques afin de les garder aussi propres que possible (cf. chapitre Propreté des faces optiques).