Inventaire et usage de quelques traits prédéfinis

1. L’usage de Derive Derive

a. Explications

L’instruction Derive que nous avons déjà utilisée dans cet ouvrage, sans toutefois l’expliciter, permet d’indiquer facilement une liste de traits prédéfinis au compilateur. Ce dernier va pouvoir proposer des implémentations par défaut. En clair, on délègue au compilateur l’écriture des méthodes relatives aux traits indiqués.

Attention, tous les traits prédéfinis, donc issus en général de la librairie standard, ne sont pas éligibles à ce super-pouvoir que constitue le recours en dérive, que nous pouvons résumer ainsi : « Demander au compilateur de gérer les détails quant aux traits que l’on désire voir implémentés par la structure que l’on est en train de concevoir ».

Le lien suivant indique la page de documentation de cette instruction Derive : https://doc.rust-lang.org/rust-by-example/trait/derive.html

Les traits éligibles sont les suivants :

  • Des traits de comparaison : Eq, PartialEq, Ord et PartialOrd. Eq Ord PartialOrd

  • Le trait Clone, qui permet de créer T depuis une référence &T. Clone

  • Le trait de copie, Copy. Copy

  • Le trait Hash, qui permet de produire un hachage depuis &T. Hash

  • Le trait Default, qui permet de créer une instance par défaut du type...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EIRUST.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Notion de surcharge d'opérateurs
Suivant
Introduction