Le droit de l’IA est déjà une réalité Droit:de l’IA

Le droit devra nécessairement accompagner ce mouvement. Toutefois, l’intelligence artificielle n’est pas un savoir stabilisé. Elle est, et restera pour un certain temps, encore, un savoir en construction, car elle est liée à l’évolution technologique et informatique. Dans ce contexte, le droit propose une alternative : puiser dans ses ressources, au risque de donner l’impression que la situation n’est pas où est insuffisamment réglementée.

En revanche, les choses sont plus complexes s’agissant de l’IA qu’aucune loi n’encadre encore précisément. Remarquons qu’en raison de la complexité des systèmes en développement, de l’auto-adaptation des algorithmes reposant sur le Deep learning et Deep learning du nombre quasi infini de situations auxquelles l’IA peut être confrontée, le développeur de l’IA ne peut pas sérieusement s’engager en toutes circonstances sur le fonctionnement conforme de son système.

Il semble difficile également de reprocher au concepteur d’avoir oublié un cas particulier d’utilisation susceptible de prendre l’IA en défaut. En revanche, il sera toujours possible de lui faire grief de ne pas l’avoir assez testée.

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Introduction
Suivant
Rendre l’IA explicable