Les années 80 : genèse de l’impression 3D

Les premiers essais d’impression 3D datent de 1980 par le Docteur Hideo Kodama. Il a développé une approche de la production couche par couche en créant l’ancêtre de la stéréolithographie (SLA) avec un procédé de solidification de résine couche par couche grâce à une lampe UV.

Le premier brevet sur la "fabrication additive" fut déposé le 16 juillet 1984 par trois Français : Jean-Claude André, Olivier de Witte et Alain le Méhauté pour l’entreprise Cilas Alcatel. Ce brevet n’a donné lieu à aucune invention, car aucune opportunité commerciale ne s’était présentée. La même année, un Américain du nom de Charles W. Hull brevette la technologie de stéréolithographie SLA (StéréoLithographie Apparatus).

images/Ch01_S1_IMG1.png

Plans du brevet de Charles W. Hull en 1984 (source www.3Dsystems.com)

C’est d’ailleurs ce brevet qui est à l’origine du nom de l’extension du fichier d’impression .STL (pour STereolithography Layers). Ce brevet est exploité par la société 3D Systems, qui est aujourd’hui un géant de la fabrication d’imprimantes 3D, dont Chuck Hull est le cofondateur. En 1987, 3D Systems annonce la SLA-1, la première imprimante 3D SLA. L’entreprise commercialise sa seconde imprimante 3D un an plus tard...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_LF3DIMP.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Introduction
Suivant
Les années 90 : les fondations industrielles