Sommaire

Introduction

Azure PowerShell combine un langage de script et un interpréteur de ligne de commande permettant de gérer et d’automatiser les actions d’administration sur l’environnement Azure. Le langage Windows PowerShell, socle d’Azure PowerShell, est inclus dans Windows 10 et est exécutable sur des ordinateurs distants en arrière-plan. Les applets de commande permettent de gérer les différents services, tels que les machines virtuelles, les réseaux virtuels, les comptes de stockage, etc.

PowerShell nécessite .NET Framework 5.0 et propose un environnement graphique (PowerShell Integrated Scripting Environment ou ISE) incluant un débogueur. Il permet l’exécution de scripts planifiés, l’exécution sélective de code et la modification multiligne.

Concrètement, l’administrateur peut ainsi gérer un grand nombre de ressources Azure grâce à des commandes, et ce de manière automatisée.

Les applets de commande PowerShell ont une syntaxe précise : un verbe (Get : obtenir, Set : affecter, Remove : supprimer, New : créer...), puis AzureRM (comme ResourceManager), puis une ressource, séparés par un tiret (-).

Exemple : l’applet Get-AzureRMVM affiche la liste de toutes les machines virtuelles ARM de l’abonnement courant.

Le langage permet d’imbriquer des applets entre elles pour réaliser une série d’actions, en les séparant par un pipe ...