Pour une IA complémentaire de l’humain

Il semble donc important de continuer les efforts de recherche dans ces domaines tant les applications sont diverses et stimulantes. Toutefois, une réflexion éthique, philosophique et juridique est cruciale. Nous devrions, en Occident, abandonner l’idée culturellement ancrée que les technologies sont faites pour remplacer l’homme alors qu’elles se révèlent complémentaires dans bien des domaines. Comme le souligne Joël de Rosnay : « Il faut avoir moins peur de l’intelligence artificielle que de la stupidité naturelle. »

images/P5-DP02.png

N’oublions pas non plus que l’origine du biais n’est jamais qu’humaine et que chaque correction est le résultat d’un jugement technique et culturel. Afin de parvenir à une meilleure acceptation de l’intelligence artificielle par la société, nous devons être garantis que les systèmes utilisés sont sûrs et sécurisés. Finalement, pour inspirer confiance, les éditeurs d’IA doivent la rendre redevable et responsable.

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Rendre l’IA explicable
Suivant
Une IA forte