La protection du patrimoine informationnel

Le Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises) définit le patrimoine informationnel comme « l’ensemble des données et des connaissances, protégées ou non, valorisables ou historiques d’une personne physique ou morale ». C’est donc un patrimoine immatériel dont l’essentiel, et de plus en plus l’intégralité, est porté par le système d’information, qu’il s’agisse des données ou des processus.

Ce patrimoine est souvent indispensable au bon fonctionnement de l’organisation qui en est propriétaire. Aussi son propriétaire doit s’assurer que ce patrimoine reste disponible à tout utilisateur qui en a besoin pour son activité et qui est autorisé à y accéder, qu’elle soit conservée de façon intègre dans le temps, que son imputabilité soit garantie et donc son origine tracée. Il doit donc en assurer la protection, en garantissant sa disponibilité et sa confidentialité, son authenticité et son intégrité, sa traçabilité et sa pérennité.

Quel que soit le modèle d’infogérance, le titulaire d’un tel contrat aura toujours en charge au moins une part de ce patrimoine informationnel, ou au minimum y aura accès au travers d’opérations de maintenance par exemple. Bien sûr...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP2PILSI.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Définir les unités d’œuvre d’un contrat d’infogérance
Suivant
Le monitoring de la réversibilité avec la matrice 2MSI