Architecture de l’ordinateur quantique

1. Premiers éléments

Tout d’abord, il faut envisager l’ordinateur quantique comme une sorte de microprocesseur quantique qui serait « piloté » par un ordinateur classique. C’est donc une entité au fonctionnement un peu particulier qui communique avec l’ordinateur classique. À ce titre, il a ses entrées (issues de l’ordinateur classique) et ses sorties (vers l’ordinateur classique). Exprimé autrement, un ordinateur quantique n’a pas de fonctionnement autonome en tant que tel. Il est en quelque sorte « asservi » et reçoit des requêtes calculatoires depuis l’ordinateur classique. Comme nous le verrons par la suite, cette dichotomie apparaît dans la pratique dans la plate-forme Quantum de Microsoft par exemple. Le langage C# est dévolu au pilotage depuis l’ordinateur classique alors que le langage Q# est le langage de programmation de la simulation de l’« ordinateur quantique ». On peut établir un premier schéma de représentation (ci-dessous) qui va nous servir de base pour détailler chacune de ses sous-parties :

images/09DP01.png

Illustration 1 : schéma d’un ordinateur quantique

Les données du problème soumis à l’ordinateur quantique sont transmises via les entrées. Pour éviter tout phénomène de décohérence quantique, par exemple la perturbation...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPQINF.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Introduction
Suivant
Le bit quantique physique en pratique