Comparaison avec l’informatique quantique Porte:quantique

1. Introduction

En informatique dite classique, l’informatique telle que nous la connaissons, utilise un ordinateur classique utilisant des bits c’est-à-dire des valeurs prenant des « 0 » ou des « 1 ». L’ensemble des actions effectuées sur un ordinateur correspond en effet à des opérations de bits. Ces opérations sont réalisées à l’aide de portes logiques qui permettent de faire des opérations sur un ou plusieurs bits. Ces portes logiques sont conçues au niveau de l’infrastructure avec des transistors. Un ordinateur personnel et son micro-processeur contiennent des millions de transistors.

2. Exemple de la porte logique NOT Porte:logique NOT

Pour commencer à fixer les idées en vue de l’apprentissage des portes quantiques, prenons un premier exemple de porte logique, en l’occurrence la fonction NON et donc la porte logique NOT.

On commence par proposer la table de vérité qui propose les différents scénarios de la porte logique. Par exemple « S’il y a telle valeur en entrée alors on aura telle valeur en sortie » :

entrée

sortie

0

1

1

0

images/07DP01.png

Illustration 1 : représentation de la porte logique NOT (non normalisée)

Ainsi, quand on envoie un bit de valeur 0 en entrée, on obtient un bit de valeur 1 en sortie.

Inversement, quand on envoie un bit de valeur...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPQINF.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Définition vectorielle du bit quantique
Suivant
Les portes quantiques à un qubit en entrée