Sommaire

Synthèse

Grâce aux opérateurs de l’algèbre relationnelle, E.F. Codd a inventé un véritable langage algébrique qui permet de répondre à la plupart des interrogations des utilisateurs d’une base de données d’un SI.

Nous avons vu que ces opérateurs permettaient de manipuler une relation pour extraire des informations bien précises, tels les opérateurs unaires de sélection et de projection.

Ils permettent aussi d’extraire des informations provenant de plusieurs relations de la base de données relationnelle. En effet, les opérations ensemblistes, telles que le produit cartésien ou les jointures internes et externes, mettent en jeu initialement deux relations ; mais grâce à la propriété de composition de ces opérations, nous pouvons en relier beaucoup plus.

Les fonctions de calcul et d’agrégat apportent un complément puissant car elles permettent de donner des réponses à des demandes d’informations synthétiques ; mais il faudra toujours analyser la demande des utilisateurs et la traduire sous forme mathématique pour répondre correctement à leurs besoins.

Puis, le cheminement des relations originelles à la relation répondant à la requête des utilisateurs pourra être modélisé par un arbre algébrique. Celui-ci mettra en lumière les différentes relations intermédiaires ...