L’accès au RTC

À l’origine, la méthode de raccordement la plus simple était d’utiliser un support distinct pour chaque usager du réseau public ; tant que le nombre d’usagers était réduit cela pouvait se concevoir. Mais avec l’accroissement des demandes de raccordement au réseau téléphonique, le coût pouvait devenir très vite excessif et tout comme cela a été fait pour les commutateurs, en imaginant une allocation de circuit basée sur la probabilité que son occupation ne sera pas permanente, il a été préféré l’installation d’un premier niveau de concentration et de partage des ressources d’accès avant le RTC lui-même. Cette approche est particulièrement efficace si l’on considère que le trafic téléphonique émis par des abonnés résidentiels et/ou isolés est très faible. Les constructeurs de matériel téléphonique ont ainsi développé des unités de raccordement d’abonnés locales aux commutateurs ou distantes, dans ce deuxième cas celles-ci disposent de moyens de multiplexage permettant de regrouper le trafic sur un support au format MIC lui-même accueilli par les interfaces d’adaptation du commutateur.

Le terme générique d’AN AN (Access Network - réseau d’accès Réseau...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP3TOIP.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
RNIS : Réseau Numérique à Intégration de Services
Suivant
Le Réseau Intelligent (RI)