Sommaire

Avec le cloud, je perds le contrôle

Ah, qu’elles sont rassurantes ces LED qui clignotent dans mon centre de données ! Elles ont cette unique capacité de donner l’impression de contrôle de l’homme sur la machine. Si une machine s’arrête, je peux la remplacer. Si j’ai un problème réseau, je peux intervenir au niveau des routeurs et des concentrateurs. Si un disque tombe en panne, je peux le changer. C’est moi qui contrôle mon informatique.

images/03dp002.png

Figure 3-2 - Modèles de cloud et contrôle

Le contrôle total s’accompagne de coûts très élevé que de moins en moins d’organisations sont capables de maintenir, auxquels s’ajoute surtout une scalabilité et une souplesse évolutive extrêmement limitées. Avec l’explosion des données et le recours de plus en plus grand aux intelligences artificielles, les entreprises sont confrontées à un besoin de stockage et de puissance de calcul croissants. Cependant, cela a un coût de plus en plus élevé tant en matériel qu’en structure. L’hébergement chez un prestataire ne change pas forcément la donne, sauf à mutualiser un certain nombre de coûts, mais au détriment de la perte de contrôle sur le matériel.

Le cloud public se révèle alors la seule solution par son coût faible et une scalabilité quasi illimitée. Mais qu’en est-il ...