De manière progressive et adaptée

En matière d’indicateurs également, l’amélioration continue doit être de mise. Il convient d’adopter une démarche progressive, de donner le temps aux opérationnels de se familiariser avec cette logique de supervision, de laisser également aux comités l’opportunité de se rôder à la lecture de ces éléments. Il convient aussi de gagner en efficacité dans le renseignement des points de contrôle afin que l’introduction d’un nouvel indicateur soit acceptable en matière de charge et d’attractivité. On cherchera donc, progressivement, à améliorer les points de contrôle de manière à couvrir, à terme, l’ensemble des éléments à risque du système : mesures adressant des risques sécurité critiques dont il convient de contrôler l’efficacité, risques de sécurité acceptés qu’il convient de surveiller, exigences présentant des risques quant à l’acceptabilité, la faisabilité…

Il est également pertinent de s’interroger sur la fin de vie d’un point de contrôle : tel élément de surveillance, présentant un intérêt en début de projet par exemple, peut ne plus s’avérer pertinent par la suite (la participation aux comités...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPSECISO.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Contrôle et suivi : que surveiller ?
Suivant
Définition des éléments de contrôle et de suivi : les indicateurs