Sommaire

Récapitulatif

La structure d’un document ontologique se compose d’un en-tête, d’un corps et d’un pied de document. L’en-tête contenant les métadonnées de l’ontologie est accessible par un ensemble de primitives du Java OWL-API. Ces primitives contrôlent entre autres l’importation et l’attribution d’une version à l’ontologie.

Le document ontologique est identifié par l’IRI de l’ontologie. Les opérations de mise à jour (création, chargement, modification, suppression et ajout) sont assumées par le gestionnaire du document qui est un objet de type OWLOntologyManager. Le gestionnaire met à disposition du développeur une fabrique (OWLDataFactory) qui permet de créer des entités ontologiques (OWLEntity) qui sont par la suite axiomisées avant d’être intégrées à l’ontologie par la méthode addAxiom() du gestionnaire.

Avec le Java OWL-API, l’ontologie est un document en mémoire active du programme qui s’exécute. Le document ontologique peut être sauvegardé dans une multitude de syntaxes correspondant au format le plus adapté du moment. Les formats RDF/XML et XML/Ontology sont plus propices à un usage par des agents logiciels, le format Turtle sera privilégié pour une représentation en triplet sujet/prédicat/objet plus facilement interprétable par des humains alors ...