Notes de l’auteur

1. De la langue française

Ma langue maternelle étant le français, il était naturel que celle de ce livre le soit aussi. Or certains termes sont connus en anglais, mais pas leur traduction en français. J’ai néanmoins choisi le mot français à chaque fois que je le pouvais. Mais pour ne pas rendre la lecture difficile, le mot anglais suit, entre parenthèses. C’est le cas entre autres pour boutiste (endian). Ce terme, que vous ne trouverez probablement pas dans un dictionnaire, vient de la traduction de Guillaume Villeneuve (édition Garnier-Flammarion, collection GF, 1977) des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift qui expliquait l’origine d’une guerre civile à Liliput, entre ceux qui cassaient les œufs par le gros bout et ceux qui les cassaient par le petit. Ainsi, les premiers sont des gros boutistes et les seconds des petits boutistes. Vous pouvez en savoir un peu plus à ce sujet sur http://www.debian.org/international/french/lexique.fr.html#e (section little-endian, big-endian, middle-endian, endianness). Lorsqu’il s’agit d’endian, les machines se distinguent aussi par celles qui placent en premier l’octet de poids fort et celles qui placent en premier celui de poids faible.

Boutiste

En programmation, la langue technique est l’anglais. Aussi, les emprunts que nous retrouvons en français sont nombreux, faute peut-être de les avoir traduits à temps. On pourra parfois entendre parler de fils...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EI3CACT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Organisation de ce livre
Suivant
Conventions utilisées