Les instructions de contrôles

1. Les instructions conditionnelles

a. Forme simple

Un test se fait par les classiques mots-clés if / then et doit se terminer par end.

Exemple :

a = true
if (a) then
  puts "ok"
  puts "cela marche"
end 

Les parenthèses autour de notre test sont optionnelles, nous pouvons aussi écrire :

a = true
if a then
  puts "ok"
  puts "cela marche"
end 

Nous avons bien en sortie :

ok
cela marche 

La forme abrégée concerne également le then que l’on peut omettre :

a = true
if a
  puts "ok"
end 

b. Forme abrégée

Il est possible de reprendre la syntaxe issue du C :

condition ? valeur : autreValeur. 

Exemple :

a=1
puts a == 1 ? "ok" : "pas ok" 

Nous aurons bien en sortie ok.

Lorsque le groupe d’instructions entre les mots-clés then et end se réduit à une ligne, il est possible d’écrire sous cette forme :

a = true
puts "ok" if a 

Grâce au mot-clé unless, nous pouvons également vérifier l’opposé par :

a = false
puts "ok" unless a 

Nous obtiendrons bien ok en sortie.

c. Else

Le mot-clé else sert à réaliser un traitement en cas d’absence de passage de la condition :

Exemple :

a = false
if a then
  puts "pas ok"
else
  puts "cela marche"
end 

Nous obtenons alors en sortie :

cela marche 

Il est possible d’intégrer plusieurs tests en les imbriquant...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_Ruby.PNG
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les blocs
Suivant
Mutualisation de programmes