Les principes de la commutation temporelle Commutation:temporelle

Ainsi avec la commutation temporelle, l’aspect physique des interconnexions dans un commutateur disparaît et est remplacé par la commutation d’entités temporelles issues des réseaux numérisés. De plus, avec des capacités dix à cent fois supérieures, les commutateurs temporels évitent l’utilisation de centaines de tonnes de métaux onéreux tels qu’acier, cuivre, aluminium, ou autres et des milliers de mètres de mètres carrés là où il n’en faut plus que quelques dizaines, ceci combiné à des économies en énergie substantielles.

Tout naturellement avec l’apparition du MIC, les entités temporelles à commuter sont celles transportées par les MIC, les circuits et leurs huit bits résultats de l’échantillonnage.

Les MIC pénètrent donc dans ces commutateurs en trames synchrones et permanentes, renouvelées chaque 125 microsecondes. Le contenu des intervalles de temps de 8 bits est écrit dans des mémoires, dites mémoires de parole et injecté, donc lu, dans les intervalles de temps assignés aux destinataires à la fraction de trame correspondante des MIC sortants, l’ordre de cette lecture étant défini par une mémoire d’adresse. La capacité de ce système de commutation temporelle dépendra...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP3TOIP.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
RTC : Réseau Téléphonique Commuté
Suivant
Signalisation et contrôle des appels