Les difficultés liées à la méthodologie de la démarche d’audit de maturité proposée par l’OGC Audit de maturité OGC

Je supporte complètement la démarche d’audit de maturité proposée à l’origine par l’OGC, mais je dois mentionner certaines difficultés.

La première réside dans le fait que cette démarche est basée sur les bonnes pratiques ITIL version 1 et version 2, datant des années 2000. Beaucoup d’entités informatiques sont déjà en cours de mise en œuvre d’un certain nombre de processus définis dans les bonnes pratiques ITIL version 3, voir ITIL version 3-2011. L’OGC n’a pas continué ses travaux pour mettre à jour ses questionnaires. Il n’existe donc pas de questionnaires associés aux processus nouveaux.

La seconde difficulté est liée à la langue utilisée pour rédiger les questionnaires (l’anglais) qui ne bénéficient d’aucune traduction dans les différentes langues comme l’OGC l’a réalisé pour les recommandations officielles des bonnes pratiques ITIL. La difficulté n’est pas la traduction, mais plutôt des imprécisions avec le vocabulaire officiel qui peuvent même conduire à des contresens.

Par exemple, le terme de client est mentionné à de maintes reprises en anglais, qui est à...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPITIMAT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les avantages de la méthodologie de la démarche d'audit de maturité
Suivant
Pourquoi et comment utiliser la démarche d'audit de maturité proposée par l'OGC ?