Sommaire

Gestion de fichiers

Étant donné que « tout est fichier » sous UNIX, beaucoup de commandes ont pour objectif de manipuler des fichiers. Toutes les commandes ne sont pas mentionnées ici, ce chapitre permet toutefois d’avoir des bagages suffisants afin de travailler sur les fichiers sous Linux.

1. Création

touch

La commande touch permet de modifier les dates de dernier accès et de dernière modification d’un fichier. Elle est équivalente à la séquence ouverture-sauvegarde-fermeture d’un fichier, sans modification, avec un éditeur de texte.

Un cas pratique dans lequel cette commande peut être utile serait un lockfile : si un fichier particulier existe, alors une procédure ne se lance pas (estimant qu’elle est déjà en cours par ailleurs) ; s’il n’existe pas, alors le script crée ce fichier et lance la procédure - à la fin de son exécution, le fichier est alors supprimé.

Cette approche peut également être utile quand on utilise la commande make pour compiler un programme, lorsque l’on veut le recompiler. En effet, tant qu’un fichier source n’a pas été modifié et si le binaire compilé est plus récent, make refuse de recompiler. Toucher le fichier permet de faire croire à make que celui-ci a été modifié afin de forcer la recompilation.

Mais cette commande est certainement plus souvent utilisée ...