Sommaire

Conclusion

Le Raspberry Pi démarre maintenant sur le disque dur. La carte microSD n’est plus sollicitée que pour les premières étapes du boot. Elle ne subit plus l’usure due aux fréquentes écritures réalisées par Linux lors de son fonctionnement.

Le temps de démarrage n’est pas fondamentalement modifié. Mais la capacité disponible a été largement augmentée, ce qui peut être très utile pour certaines applications.

Marquez la carte microSD pour qu’elle reste associée au disque dur, car elle ne peut plus assurer seule le démarrage du Raspberry Pi.

Il suffira de changer la carte pour tester d’autres distributions, le disque dur restant disponible pour stocker des données.