Sommaire

Les visuels de Power BI

Une trentaine de visuels sont disponibles dès l’installation de Power BI. Leur mise en place est simple et intuitive, tout en offrant des possibilités de personnalisation qui peuvent être très poussées.

Dans cette section, nous allons créer une série de visuels en commençant par la liste proposée ci-dessus. Chaque nouveau visuel sera l’occasion de découvrir un ou plusieurs aspects de personnalisation : par exemple, la création d’un graphique à barres groupées nous amènera à configurer l’affichage de la légende, tandis que la création de l’histogramme sera l’occasion de travailler sur les filtres et le titre du graphique.

Le tableau synoptique en annexe vous permettra de retrouver facilement l’ensemble des points traités dans les pages qui suivent.

Ouvrez le fichier Livres - chap3 v1.pbix.

Une fois complété, conservez ce fichier : il pourra vous servir d’aide-mémoire et de catalogue de visuels.

Ce fichier contient une nouvelle mesure, le montant de la commande, affectée à la table Indicateurs :

Montant = sumx( 
   ’Détail des commandes’; 
   ’Détail des commandes’[Prix de vente]*’Détail des commandes’[Quantité] 
   )

Il a été obtenu en multipliant, sur chaque ligne de la table Détail des commandes, le prix de vente par la quantité, et en faisant la somme des résultats (pour la commande par exemple, il faut ajouter tous les montants des lignes de commande dont elle est composée). Une fonction propre au langage DAX, SUMX(), a été utilisée à cette fin.

Nous vous recommandons de partir du fichier fourni, mais pour créer vous-même cette mesure, si vous partez de votre fichier :

Dans la vue Rapport, faites un clic droit sur la table Indicateurs, choisissez l’option Nouvelle mesure.

images/03sob26.PNG

Dans la barre de formule, saisissez le code proposé ci-dessous (les retours à la ligne, obtenus par [Shift][Entrée], sont facultatifs), et validez ([Entrée] ou clic sur la coche de la barre de formule).

images/03sob27.PNG

Modifiez le format d’affichage selon la méthode décrite dans la section Améliorer la présentation des données du chapitre Se connecter aux données.

Les graphiques à barres pour la comparaison, la contribution et le classement

Le graphique à barres groupées (horizontal) et l’histogramme groupé (son pendant vertical) sont les deux visuels les mieux à même de permettre une comparaison précise entre plusieurs catégories.

Les possibilités de modifier le point de départ de l’axe, pour accentuer les différences, de colorer chaque barre individuellement, ou encore d’ajouter des étiquettes (la valeur de la mesure) - rendent ces visuels très utiles.

Pour ce premier exemple, nous allons regarder le montant total des ventes pour chaque moyen de paiement : il s’agit donc bien de distinguer le niveau de l’un par rapport aux autres, même si la différence est petite.

images/03sob28.PNG

Le graphique en secteurs ne permet pas de distinguer si les paiements  se font majoritairement par carte bancaire ou chèque postal

Dans un graphique à barres groupées ou un histogramme groupé, cette différence est bien perceptible, d’autant plus que les barres sont d’emblée classées par montant décroissant :

images/03sob29.PNG

Mettre en place le graphique à barres groupées (horizontal)

Utiliser les champs du volet VISUALISATIONS

images/galeriedevisuels.PNG

Assurez-vous d’être en vue Rapport : une page blanche est affichée, et sur la droite de l’écran, les volets VISUALISATIONS et CHAMPS sont disponibles.

Dans le volet CHAMPS, ouvrez la table Paiement et cochez Libellé paiement.

Ouvrez la table Indicateurs et cochez Montant.

Dans le volet VISUALISATIONS, cliquez sur l’icône Graphique à barres groupées.

images/03sob30.PNG

Le graphique apparaît immédiatement, avec ses paramètres par défaut et le cadre indiquant qu’il est sélectionné.

Étirez le coin inférieur droit pour agrandir le graphique.

Cliquez sur les trois points (coin inférieur ou supérieur droit, selon la position de votre visuel sur la page) et maintenez le bouton de la souris pour déplacer le graphique sur la page.

Dans le volet VISUALISATIONS, les champs Libellé paiement et Montant sont placés dans les puits Axe et Valeur.

Cliquez dans une zone vide de la page pour désélectionner le graphique. Les volets VISUALISATIONS et CHAMPS se vident : ils montrent les propriétés et les champs du visuel sélectionné, ou de la page si aucun ne l’est.

Sélectionnez à nouveau le graphique.

Commençons par travailler avec les champs :

En le glissant à la souris (pour plus de précision), ajoutez le champ Libellé catégorie de la table Catégories dans le puits Axe, sous Libellé paiement.

images/03sob31.PNG
images/03sob32.PNG

Le graphique ne change pas, mais une série de flèches est apparue : les données possèdent maintenant deux niveaux de profondeurs, à travers lesquels vous pourrez naviguer pour analyser vos données. Ce dispositif s’appelle l’exploration de données, il fait l’objet de la section Explorer les données du chapitre Développer les interactions.

Afficher la légende

Faites glisser maintenant (toujours à la souris) Libellé catégorie du puits Axe vers le puits Légende (ou, alternativement, en faisant un clic droit sur le champ et en choisissant l’option Déplacer Vers puis Légende).

Les deux niveaux de profondeurs sont maintenant visibles simultanément, chaque mode de paiement réparti par catégorie de livre.

La légende est peu lisible : pour améliorer son positionnement, ouvrez le volet VISUALISATIONS - Format, puis la rubrique Légende.

Modifiez la Position à Droite et désactivez le Titre (cette information n’apporte rien, les légendes parlent d’elles-mêmes).

images/03sob33.PNG
images/03sob34.PNG

D’autres propriétés de la légende permettent d’en modifier le nom (donc le titre), la couleur de la police de caractères et sa taille

Après les puits Axe et Légende, voyons le puits Valeur :

Cliquez dans une zone vide de la page, sélectionnez les champs Numéro livre, Prix catalogue (table Livres) et Prix de vente (table Détail de la commande).

Cliquez sur l’icône Graphique à barres groupées.

images/03sob35.PNG

Avec autant de livres, les données sont peu lisibles. Une analyse plus pertinente pourrait par exemple afficher les dix livres sur lesquels la différence entre prix catalogue et prix de vente est la plus importante.

Attention, lorsque vous glissez un champ numérique pour créer un visuel, celui-ci est automatiquement agrégé au niveau de détail du visuel (ici, au niveau livre, identifié par le champ Numéro Livre). La fonction utilisée vient directement des propriétés du champ (onglet Modélisation - groupe Propriétés, Total par défaut), mais peut aussi être changée pour ce visuel précisément.

Faites un clic droit sur le champ Prix de vente dans le puits Valeur et choisissez Moyenne (en effet, le prix de vente peut varier en fonction de la commande, une moyenne donne une information plus fiable).

Ce changement n’affecte pas le champ lui-même, mais seulement cette utilisation du champ (la propriété de totalisation par défaut reste la somme).

Ce graphique n’est pas lisible tel quel : pour le supprimer, sélectionnez-le et utilisez la touche [Suppr] de votre clavier.

Le dernier puits proposé pour ce type de graphique permet d’enrichir les info-bulles qui apparaissent au survol de la souris sur les barres du graphique. A minima, vous y verrez les données utilisées pour construire le visuel, mais il est possible de les compléter, et même de les enrichir considérablement (voir la section Exploiter pleinement les info-bulles du présent chapitre).

Construisez un nouveau Graphique à barres groupées avec les champs Libellé paiement et Montant.

Passez la souris sur l’une des barres pour afficher l’info-bulle : elle répète le nom du moyen de paiement et affiche le montant précis.

Glissez le champ Quantité de la table Détail des commandes dans le puits Info-bulles et vérifiez que cette donnée apparaît bien dans l’info-bulle.

Enregistrez le fichier.

images/03sob36.PNG

Mettre en place un histogramme groupé

images/p105.png

Pour créer une nouvelle page dans le même rapport (fichier), cliquez sur le bouton Nouvelle Page (signe Plus) en bas de l’écran à gauche.

images/03sob37.PNG

Sélectionnez (cochez) les champs Montant et Libellé catégorie des tables Indicateurs et Catégories.

Si Power BI ne vous propose pas directement l’histogramme groupé, cliquez sur l’icône correspondante dans le volet VISUALISATIONS. Agrandissez le visuel comme vous le voulez (notamment pour mieux voir les catégories).

images/03sob38.PNG

Afficher les données sur le graphique

Nous allons commencer par alléger un peu l’histogramme, en supprimant l’axe Y et en affichant les données directement sur le graphique.

L’histogramme sélectionné, ouvrez le volet VISUALISATIONS - Format.

Désactivez la rubrique Axe Y grâce à l’interrupteur situé à la droite du nom de la rubrique.

L’axe Y disparaît, ainsi que le quadrillage de fond.

Activez la rubrique Etiquettes de données : les valeurs précises apparaissent au-dessus de chaque barre.

Ouvrez la rubrique Etiquettes de données pour accéder aux paramètres.

Outre la couleur, l’orientation et la taille du texte, les étiquettes ont :

  • Une unité d’affichage : automatique, aucun, milliers, millions, etc.

  • Un nombre de décimales récupéré à partir des propriétés du champ (et que vous pouvez modifier pour cette apparition de la valeur).

  • Une position : la donnée peut apparaître au-dessus de la barre (Bord extérieur), à l’intérieur de la barre, en haut (Bord intérieur), au centre (Intérieur centre) ou encore en bas (Intérieur base).

  • Enfin, Afficher l’arrière-plan met un fond à l’étiquette, dont vous pouvez modifier la couleur et la transparence (utile pour la faire ressortir visuellement en fonction du fond).

Pour obtenir le résultat affiché ci-dessous :

Ouvrez la rubrique Couleurs et choisissez le blanc.

Dans la rubrique Nombres de décimales (valeurs), saisissez 0.

Enfin dans la rubrique Position, choisissez Intérieur base.

images/03sob39.PNG

Les étiquettes sont affichées en position Intérieur base, sans décimale

Si la hauteur des barres ne permet pas d’afficher la valeur (c’est le cas des trois dernières catégories), la propriété Texte de débordement permet d’indiquer s’il faut ou non afficher le texte. Dans notre exemple, la propriété est désactivée.

Modifier le point de départ de l’axe Y

Le point de départ de l’axe des valeurs peut être modifié. Cela est utile lorsque les différences sont trop faibles pour être lues correctement. Changer le point de départ de l’axe va donc permettre d’accentuer les différences. Mais cette possibilité est à double tranchant : vous perdez de vue l’importance relative des différences par rapport à la valeur (si la différence représente quelques dizaines d’euros sur un montant global de plusieurs millions d’euros, elle est négligeable).

images/03sob41.PNG

Sur le graphique de gauche, l’axe des valeurs commence à zéro : les différences sont atténuées. Sur le graphique de droite, il commence à 200 €, accentuant ainsi les différences

Pour opérer cette modification, indiquez la valeur de départ dans la zone Démarrer (volet VISUALISATIONS - Format, rubrique Axe Y). Il est également possible de changer la valeur de fin.

Utiliser les filtres de visuel, de page et de rapport du volet VISUALISATIONS

Regardons maintenant de plus près les filtres que propose le volet VISUALISATIONS (il existe bien d’autres possibilités pour filtrer un visuel, les segments, les interactions avec d’autres visuels, ou encore les formules : ces points sont abordés dans d’autres sections de cet ouvrage.

Selon la version de Power BI utilisée, les filtres peuvent se trouver dans la partie inférieure du volet VISUALISATIONS ou dans un volet indépendant (voir la section Mettre en place le premier visuel du présent chapitre).

Trois niveaux de filtres sont disponibles ici :

  • Le filtre agit sur le visuel sélectionné seul.

  • Le filtre agit sur tous les visuels de la page.

  • Le filtre agit sur tous les visuels de toutes les pages du rapport.

Un filtre de niveau rapport est prioritaire sur les deux autres niveaux, un filtre de page est prioritaire sur le filtre de visuel.

Power BI place d’emblée les champs utilisés pour construire le visuel dans le puits Filtres au niveau de l’élément visuel, avec la valeur (Tout). Toutes les valeurs de ces champs sont donc visibles :

images/03sob20.PNG

Vous ne pouvez pas déplacer ces deux filtres, mais vous pouvez les modifier, ou ajouter d’autres filtres au niveau visuel, page ou rapport.

Nous allons créer un filtre de rapport en utilisant le champ Libellé catégorie, et vérifier les impacts sur les autres objets.

À partir du volet CHAMPS, glissez Libellé catégorie de la table Catégories dans le puits Filtres au niveau du rapport.

Développez le filtre à l’aide de la flèche visible à la droite du nom du filtre.

images/03sob42.png

Le filtrage de base repose sur le principe de cocher ou décocher une valeur de la liste. La sélection, multiple par défaut, peut passer à unique (une seule case peut être cochée à la fois).

Cochez Sélectionner tout, puis décochez Art et Arts divinatoires et vérifiez :

  • Qu’ils n’apparaissent plus sur le visuel de la page 2.

  • Qu’ils n’apparaissent plus sur les visuels de la page 1.

  • Qu’ils n’apparaissent plus dans la liste des valeurs proposées pour le filtre au niveau de l’élément visuel (pensez pour cela à cliquer dans le visuel pour le sélectionner).

Dans la liste déroulante Type de filtre, sélectionnez Filtrage avancé :

images/03sob43.PNG

Le filtre se transforme, mais conserve les valeurs précédemment sélectionnées  (il y a deux conditions, N’est pas Art et N’est pas Arts divinatoires,  car deux cases étaient décochées en filtre de base)

Le filtrage avancé sur un champ texte permet de préciser si la valeur :

  • contient (ou ne contient pas) le texte que vous indiquez

  • commence (ou ne commence pas) par le texte que vous indiquez

  • correspond exactement (est) (ou ne correspond pas (n’est pas)) au texte que vous indiquez 

  • est vide (ou n’est pas vide)

Modifiez le filtre pour ne retenir que les catégories qui ne contiennent pas les mots Santé ou Art.

Cliquez sur Appliquer le filtre (sous les filtres) pour constater les modifications.

images/03sob44.PNG

Cliquez sur l’icône ressemblant à une gomme, juste sous la croix dans le coin supérieur droit, pour désactiver (effacer) le filtre.

Cliquez sur la croix pour Supprimer le filtre.

Le filtrage avancé sur des champs dates ou numériques offre d’autres possibilités.

Sur un champ numérique, vous pourrez préciser si la valeur doit être :

  • Inférieure ou égale à la valeur que vous saisissez.

  • Supérieure ou égale à cette valeur.

  • Être égale ou ne pas être égale à cette valeur.

  • Être vide ou ne pas être vide.

Très important : un champ numérique est automatiquement totalisé lorsqu’il est placé sur un visuel. Lorsque vous filtrez à partir du puits Filtres au niveau de l’élément visuel, c’est le niveau de totalisation (ou niveau d’agrégation, ou encore granularité) du visuel qui est pris en compte. Mais lorsque vous filtrez à partir du puits Filtres au niveau de la page ou du rapport, c’est le niveau de détail de la table où se trouve le champ qui est pris en compte.

Ainsi, le même filtre peut produire des résultats différents :

images/03sob45.PNG

Seules les catégories dont les quantités vendues dépassent 20 sont visibles. Le filtre est construit au niveau de l’élément visuel et ce sont les quantités agrégées qui sont prises en compte.

images/03sob46.PNG

Le même filtre, appliqué au niveau page ou rapport, ne ramène aucune ligne : le graphique est vide car au niveau des données sources, aucune quantité vendue n’est supérieure ou égale à 20 : ce sont les lignes de détails qui sont prises en compte.

Enfin, une mesure (créée à l’aide d’une formule comme notre Montant, qui n’est donc pas associé à une table source) ne peut être utilisée que comme filtre de visuel, puisque ce n’est qu’à ce moment que la mesure est calculée (voir le chapitre Créer les données en DAX pour ce point capital).

Pour terminer, regardons le filtrage sur une date. Outre le filtrage de base et le filtrage avancé, une troisième option s’offre : le filtrage de date relative (utile par exemple lorsque vous cherchez à visualiser les ventes des 30 derniers jours).

En filtre de base, vous pourrez :

  • Choisir une ou plusieurs dates exactes (ex 01/01/2018 00:00:00).

En filtrage avancé, vous pourrez préciser si la date :

  • est ou n’est pas la date que vous saisissez (manuellement ou à l’aide d’un calendrier).

  • est après cette date, en l’incluant ou pas (est après, est le ou après le).

  • est avant cette date, en l’incluant ou pas (est avant, est le ou avant le).

  • est vide ou n’est pas vide.

À titre d’exemple, construisez le graphique Mois - Montant :

images/corr-03sob46-1.PNG

Glissez le champ Date de la table Date dans la zone Filtre au niveau de l’élément visuel et choisissez Filtrage avancé.

images/corr-03sob46-2.PNG

À l’aide du menu déroulant, choisissez Est le ou avant le, et saisissez 01/09/2018.

images/corr-03sob46-3.png

Enfin cliquez sur Appliquer le filtre.

images/corr-03sob46-4.png

Enfin avec le mode Filtrage de date relative, vous pourrez préciser de manière dynamique si la date doit être retenue. Vous construisez pour cela une condition de type Date est dans les 2 prochaines semaines (illustré ci-dessous), ou encore Date est dans les 45 derniers jours, ou encore Date est cette semaine (parmi d’autres combinaisons) :

images/03sob47.PNG

Mettre en place un classement

Le classement peut être représenté de différentes manières (notamment tableau, matrice et histogramme ou graphique à barres groupées). C’est par le biais d’un filtre au niveau du visuel que n’apparaîtront que les x premiers ou derniers membres de la catégorie, en fonction d’une valeur numérique.

Cliquez sur le bouton Nouvelle page (signe Plus) en bas de l’écran pour créer une nouvelle page.

Avant de poursuivre, renommez la première page Graphique à barres groupées, la deuxième Histogramme, la dernière Classement (clic droit - Renommer la page).

Sélectionnez les champs Auteur et Montant des tables Livres et Indicateurs dans le volet Champs.

Transformez si nécessaire en Graphique à barres groupées.

Le graphique affiche la liste de tous les auteurs, ainsi qu’une ligne Vide (pas d’auteur associé au livre), et le montant, classé dans l’ordre décroissant.

Dans le puits Filtre au niveau de l’élément visuel, configurez un filtre N premiers pour n’afficher que les dix auteurs générant les montants les plus importants :

images/03sob48.PNG
images/03sob49.PNG

Notez bien le champ Montant, qui a été glissé dans la zone Par valeur

Si vous souhaitez écarter la barre (Vide), il suffit de glisser Auteur une deuxième fois du volet Champs au puits Filtre au niveau de l’élément visuel (ou page ou rapport), et de construire un filtre avancé N’est pas vide.

Modifier le titre du graphique

Afin de rendre le graphique plus lisible, nous allons effacer le titre par défaut et le remplacer par un titre plus évocateur.

Assurez-vous que le graphique est sélectionné.

Ouvrez la rubrique Titre du volet VISUALISATIONS - Format.

Modifiez le texte du titre en Top10 des auteurs.

Modifiez la couleur de la police, de l’arrière-plan, l’alignement et la taille de la police (12) comme sur l’écran suivant :

images/03sob50.PNG
images/03sob51.PNG

Ajouter une image de fond au graphique

Pour terminer, nous allons « embellir » un peu le graphique : ce type de mise en forme ne doit pas empêcher de lire l’information, il s’agit donc de s’en servir avec modération !

Le graphique sélectionné, ouvrez la rubrique Zone de traçage du volet VISUALISATIONS - Format.

C’est ce qui s’affichera en arrière-plan de votre graphique.

Cliquez sur + Ajouter une image : ajoutez l’image icone livres nb.png, disponible avec les fichiers sources, ou toute autre image de votre choix.

Vous pouvez également jouer sur la transparence et l’ajustement de l’image : paramétrez la Transparence à 45%.

Activez la rubrique Etiquettes de données et choisissez la Position Intérieur base.

Paramétrez le Nombre de décimales à 2.

Désactivez l’axe des X.

images/03sob52.PNG
images/03sob53.PNG

L’évolution dans le temps : mettre en place un graphique en courbes

images/p117.png

Le Graphique en courbes est parfaitement adapté pour représenter une évolution : le plus souvent, l’axe des catégories (ou axe X, axe des abscisses) indique le temps, l’axe des valeurs (ou axe Y, axe des ordonnées) est occupé par le numérique analysé. En outre, le puits Légende permet de détailler la valeur et de la répartir en plusieurs lignes, dont il est possible de modifier une à une les couleurs.

L’idée ici étant non pas de montrer un chiffre, mais le chiffre et son évolution, un autre visuel peut s’avérer intéressant, le Graphique de ruban.

Enfin, la Carte, c’est-à-dire la possibilité d’afficher une valeur seule, peut être utilisée, dans la mesure où elle indique bien l’évolution.

Cliquez sur le bouton Nouvelle page (signe Plus) en bas de l’écran pour créer une nouvelle page.

Renommez la page Evolution - ligne.

Cliquez sur l’icône Graphique en courbes.

Faites glisser le champ Mois de la table Table Dates vers le puits Axe (attention, il s’agit de l’objet Mois que nous avons créé avec la table, pas celui que Power BI a créé automatiquement dans la hiérarchie date).

Faites glisser le champ Montant de la table Indicateurs vers le puits Valeur.

Faites glisser le champ Libellé paiement de la table Paiement vers le puits Légende : c’est ce puits qui permet de répartir le montant en fonction du moyen de paiement.

Filtrez le graphique pour ne voir que les données de l’année 2018 : glissez le champ Année dans la zone Filtre, sélectionnez ensuite l’option Filtrage de base et cochez la case 2018.

Formatez le titre, la légende à votre goût.

images/03sob54.PNG

Modifier les couleurs

La couleur peut être source de confusion si elle est appliquée au hasard, mais au contraire lorsqu’elle est choisie intentionnellement, elle renforce la lisibilité du graphique.

Imaginez la situation suivante : la société qui vend ces livres veut encourager ses clients à payer par carte bancaire. Pour cela, elle a lancé une campagne, dont elle veut évaluer les résultats.

L’objectif du rapport étant de montrer comment évolue le montant réglé par carte, c’est cette ligne qu’il faut faire ressortir. La couleur va nous y aider.

Nous allons également ajouter une ligne de tendance, qui renforcera encore le message.

Sélectionnez le graphique.

Dans le volet VISUALISATIONS - Format, ouvrez la rubrique Couleurs des données.

Pour chaque champ, choisissez la couleur.

images/corr-03sob55.PNG
images/corr-03sob56.PNG

Le choix des couleurs renforce l’objectif du rapport : montrer comment évoluent les paiements par carte bancaire

Ajouter une ligne de tendance

La ligne de tendance montre l’évolution générale de la donnée, et elle apporte de ce point de vue une information très utile.

Sélectionnez le graphique.

Dans le volet VISUALISATIONS - Analytique, ouvrez la rubrique Courbe de tendance et cliquez sur + Ajouter.

Pour voir une ligne par moyen de paiement, désactivez l’option Combiner des séries.

images/03sob57.PNG
images/corr-03sob58.PNG

Le graphique montre clairement que la courbe du paiement par carte bancaire est la seule qui évolue positivement

Sur un histogramme, où toutes les barres ont la même couleur, il est possible d’en faire ressortir une ou plusieurs en particulier. Dans l’exemple ci-dessous, les genres Suspense et Vie pratique sont mis en avant (imaginez que ce sont les axes stratégiques de développement) :

images/corr-03sob59.PNG

Pour appliquer des couleurs différentes aux barres de l’histogramme, ouvrez la rubrique Couleurs des données du volet VISUALISATIONS - Format.

Activez le paramètre Afficher tout puis sélectionnez chaque couleur individuellement.

images/corr-03sob60.PNG
images/corr-03sob60b.PNG

De plus, la mise en forme conditionnelle permet de colorer les barres en fonction d’un autre champ. Dans l’exemple ci-dessous, la couleur des barres est déterminée par la somme des quantités de livres vendus :

images/03sob40.PNG

Mettre en place un graphique de ruban

images/p122.png

Le Graphique de ruban est visuellement étonnant, mais est-il pour autant efficace pour ce qui est de véhiculer l’information ? À vous de juger.

Notez que ce type de graphique ne permet pas l’ajout de ligne d’analyse.

À l’aide d’un clic droit sur l’onglet de la page Evolution - ligne, dupliquez cette page (option Copier la page).

Renommez la copie Ruban.

Le visuel étant sélectionné, cliquez sur le type de visuel Graphique de ruban.

Le visuel change immédiatement de type, tout en conservant (dans la mesure du possible) les paramètres du visuel initial.

Sur notre exemple, nous avons écarté légèrement les trois rubans : dans le volet VISUALISATIONS - Format ouvrez la rubrique Rubans et augmentez la valeur de la propriété Espacement.

images/03sob61.PNG

Le résultat est visuellement réussi : mais permet-il de lire correctement l’information ?

Notez que dans ce visuel, pour chaque mois un classement est opéré : le montant le plus faible en bas, le plus élevé en haut. C’est ce classement qui amène un ruban à en croiser un autre.

Par exemple, un premier succès de la campagne a été remporté au mois de mai : pour la première fois, les paiements par carte bancaire ont dépassé les paiements par chèque postal. Au mois d’octobre, deuxième succès : les cartes bancaires dépassent maintenant les paiements par chèque bancaire.

Montrer deux données de natures différentes sur un même graphique : le visuel à deux axes

images/p124.png

Et si nous souhaitions cette fois faire figurer sur le visuel des données de natures différentes, par exemple le montant, la quantité et le nombre de commandes ? L’unité et l’ordre de grandeur n’autorisent pas à mettre ces trois champs sur le même axe (outre le contre-sens, l’une des courbes risque d’être aplatie par l’autre - c’est le cas lorsqu’une des données est très supérieure à l’autre).

C’est ici que se révèle pratique un nouveau type de graphique : le visuel à deux axes. Sa caractéristique est de proposer non pas un puits Valeur, mais deux : Valeurs de colonne (pour les barres) et Valeurs de ligne (pour les lignes). Vous pouvez glisser une ou plusieurs données dans chaque puits, pour générer plusieurs barres et plusieurs lignes.

Créez une nouvelle page.

Cochez les champs Mois (Table Dates), Montant (Indicateurs) et Quantité (Détail des commandes).

Cliquez sur l’icône du visuel Graphique en courbes et histogramme groupé.

À ce stade, les deux champs sont dans le même puits, Valeurs de colonne.

Glissez le champ Quantité de ce puits vers le puits Valeurs de ligne.

Apportez les modifications que vous souhaitez (légende, couleurs, etc.).

Renommez la page Axe double.

images/corr-03sob62.PNG

Les représentations géographiques

Il existe à ce jour quatre types de cartes géographiques dans Power BI :

  • La carte

  • La carte choroplèthe

  • La carte de formes

  • La carte ArcGIS

images/03sob124.PNG
images/03sob125.PNG
images/03sob126.PNG

La Carte, la Carte choroplèthe, la carte ArcGIS

Quelques éléments de préparation des données doivent être suivis pour que les cartes fonctionnent bien :

  • Si vous utilisez les codes ISO des pays, utilisez les codes sur trois caractères, ex. FRA, de préférence au code ISO sur deux caractères.

  • L’utilisation des données Latitude et Longitude est toujours préférable (à condition de bien définir la catégorie de données dans l’onglet Modélisation).

  • De manière générale, levez les ambiguïtés : le nom d’une ville, Paris par exemple, peut ne pas suffire à localiser précisément la donnée. Il existe en effet un Paris au Texas, en plus de la capitale française. Dans Power BI, il sera toujours utile de lever cette ambiguïté, en créant une colonne dans laquelle le nom de la ville sera suivi d’une virgule et du nom du pays ou de son code (ex : Paris, FRA).

  • Une autre manière de lever les ambiguïtés consiste à s’appuyer sur une hiérarchie (ex. Ville / Code postal).

  • Enfin si vous utilisez les cartes ArcGIS, souvent plus précises que les cartes BING de Microsoft, vous devez créer un champ pour concaténer rue / code postal / ville, les cartes ArcGIS ne se servant que d’un champ à la fois (au contraire des autres cartes, qui peuvent s’appuyer sur plusieurs champs). Le code de création de cette colonne pourra ressembler à ceci (les lignes précédées d’un double tiret sont des commentaires) :

Adresse complète RCV = 
-- champs adresse pour ArcGIS : rue, ville, code postal 
-- penser à le définir en catégorie de données Adresse 
Clients[Adresse rue] & ", " & Clients[Code Postal] & ", " & Clients[Ville]

Ces précautions prises, utilisez l’un ou l’autre des types de cartes selon vos données et votre besoin.

Mettre en place la carte

images/p126.png

La Carte est le tout premier visuel géographique proposé par Power BI.

Si votre donnée est catégorisée en donnée géographique, ce visuel sera proposé automatiquement.

Ouvrez le fichier Livres - chap3 v2.pbix.

Créez une nouvelle page.

Dans la table Clients, cochez les champs Ville et Code postal de la hiérarchie Axe géographique.

Comme vous pouvez le constater, la ville de Bayonne n’est pas correctement identifiée : elle est localisée aux États-Unis.

Pour descendre d’un niveau dans la hiérarchie, cliquez sur le bouton Développer tout sur un niveau de la hiérarchie (flèche en forme de trident en haut ou en bas à la droite du visuel).

images/03sob127.PNG
images/03sob128.PNG

Le fait d’ajouter ce niveau supplémentaire d’information suffit à lever cette ambiguïté

Sur cette carte, les ronds indiquent que des transactions ont eu lieu dans la ville. La taille de ces ronds peut être définie par le montant des transactions, ou tout autre chiffre. De même, il existe cinq fonds de cartes différents.

Glissez le champ Montant de la table Indicateurs dans le puits Taille.

Dans le volet VISUALISATIONS - Format, ouvrez la rubrique Styles de la carte et choisissez le thème qui vous convient.

images/03sob129.PNG

Le style de carte Nuances de gris

Il existe depuis peu dans Power BI la possibilité d’afficher une carte thermique. Ceci est intéressant lorsque vous avez de nombreux points de données (ce n’est pas le cas dans notre exemple).

images/03sob130.PNG

La carte thermique

Mettre en place la carte choroplèthe

images/p129.png

La Carte choroplèthe colore une région entière (continent, pays, région par exemple) plutôt que de représenter l’information sous la forme d’un point. Pour le reste, sa mise en place est identique à celle d’une carte simple.

Dans le fichier Livres - chap3 v2.pbix, créez une nouvelle page.

Sélectionnez les champs Pays (ou Code ISO) et Nombre de clients de la table Pays et clients.

Cliquez sur l’icône Carte choroplèthe.

Dans le volet VISUALISATIONS - Format, ouvrez la rubrique Couleur des données, puis affichez la mise en forme conditionnelle à l’aide des trois points à la droite de la mention Couleur par défaut; utilisez le champ Nombre de clients de la table Pays et clients pour colorer les pays.

images/corr-03sob130b.PNG

Pour changer le style de la carte, sélectionnez-la et ouvrez la rubrique Styles de la carte du volet VISUALISATIONS - Format.

images/03sob131.PNG

La carte choroplèthe et le style Nuances de gris

Mettre en place la carte de formes

images/p130.png

La carte de formes est la porte ouverte vers les cartes personnalisées (plan d’un bâtiment par exemple), puisque ce visuel permet d’importer ses propres cartes. Les cartes importées doivent être au format TopoJSON.

Si la carte que vous souhaitez utiliser n’existe pas, vous pouvez créer vous-même le fichier TopoJSON. Ce processus est assez complexe, et nous ne saurions le développer dans cet ouvrage, mais vous en trouverez une description très précise sur le forum des utilisateurs Power BI, à l’adresse suivante : https://community.powerbi.com/t5/Desktop/Create-Your-Own-Custom-Map-for-Power-BI/m-p/165854/highlight/true#M72760

À ce jour, il existe un certain nombre de cartes de formes disponibles, mais ce choix est encore très limité.

Créez une nouvelle page dans le fichier Livres - chap3 v2.pbix.

Dans la table Pays et clients, cochez Code ISO.

Dans le volet Visualisations, cliquez sur l’icône Carte de formes.

La carte affiche les États-Unis : c’est normal, nous devons indiquer à Power BI quelle carte utiliser.

Dans l’onglet Visualisations - Format, rubrique Forme, ouvrez le menu déroulant : quelques cartes sont proposées, mais pas celle qui nous intéresse (la carte du monde).

Cliquez dans la zone + Ajouter une carte et naviguez jusqu’au fichier world-countries-sans-antarctica.json (disponible dans les fichiers sources de ce chapitre) puis cliquez sur Ouvrir.

Une nouvelle carte affiche maintenant nos données.

Glissez le champ Nombre de clients de la table Pays et clients dans le puits Saturation de la couleur.

images/03sob132.PNG

Notez que cette transposition de nos données dans la carte de formes a pu fonctionner grâce à un rapprochement entre les clés de la carte et les données contenues dans notre table (en l’occurrence, le code ISO sur trois caractères).

Le fichier JSON intègre en effet des clés, que vous pouvez vérifier en cliquant sur Afficher les clés de la carte dans la rubrique Forme du volet VISUALISATIONS - Format :

images/03sob133.PNG

Mettre en place la carte ArcGIS

images/p132.png

Le service cartographique ArcGIS offre une collection de cartes très vaste, et à ce titre très appréciée pour tout ce qui relève du reporting cartographique.

La clé de l’utilisation de ce type de cartes repose sur la création d’un champ composé contenant l’adresse, le code postal et la ville (que nous avons appelé Adresse complète RCV dans notre modèle). Les cartes ArcGIS ne peuvent en effet utiliser les champs décomposés Ville, Code postal ou Adresse dont nous nous sommes servis dans les exemples précédents.

Créez une nouvelle page.

Cliquez sur l’icône ArcGIS Maps for Power BI.

Sélectionnez le champ Adresse complètes RCV de la table Client et glissez-le dans le puits Emplacement.

Sélectionnez le champ N° Commande de la table Commandes et glissez-le dans le puits Taille.

La totalisation Nombre est associée à ce champ : nous allons pouvoir visualiser le nombre de commandes passées.

Vous pouvez commencer à configurer votre carte : changer le fond de carte, le type d’analyse, etc.

Dans le coin supérieur (ou inférieur) droit de la carte, cliquez sur le bouton des options (symbolisé par trois petits points) et cliquez sur l’option Modifier.

images/03sob134.PNG
images/03sob135.PNG

Les options de configuration, nombreuses, sont disponibles dans le bandeau  en haut de la fenêtre

À titre d’exemple, cliquez sur Fond de carte et choisissez OpenStreetMap.

Cliquez sur Thème de la carte et choisissez Agrégation (sur la gauche de l’écran) : ceci va comptabiliser les nombres de commandes.

Enfin, cliquez sur Retour au rapport pour revenir sur la page.

images/03sob136.PNG

La carte ArcGIS, avec l’option d’analyse Agrégation

Les possibilités des cartes ArcGIS sont vastes : vous trouverez une documentation complète sur le site ArcGIS à l’adresse https://doc.arcgis.com/fr/maps-for-powerbi/.

Note pour configurer les données latitudes et longitudes

L’utilisation des coordonnées Latitude et Longitude de vos données géographiques offre plusieurs avantages :

  • Précisions du géocodage sur la carte.

  • Performance du rapport.

  • Dépassement d’une limite : en l’absence de ces coordonnées, Power BI va devoir les calculer lui-même afin de positionner les points sur la carte. Or ce calcul est limité à 1500 emplacements. L’utilisation des coordonnées latitude et longitude permet de dépasser largement ce nombre.

Quelques règles doivent être suivies :

  • Dans la source, les coordonnées sont indiquées avec une virgule : Latitude 43,037756 / Longitude -1,026488.

  • Lorsqu’elles sont importées dans Power BI, vous devez appliquer le format Nombre décimal à ces deux colonnes.

  • Une fois la requête exécutée, dans l’onglet Modélisation groupe Propriétés, menu déroulant Catégorie des données, pensez à catégoriser ces champs respectivement en Latitude et Longitude.

  • Enfin lors de leur utilisation, veillez à ce que ces champs ne soient pas totalisés ou résumés (onglet Modélisation groupe Propriétés, menu déroulant Total par défaut, Ne pas totaliser).

Les données isolées

La donnée isolée est très caractéristique de cette nouvelle façon de visualiser les données : elle exprime, en un seul chiffre, tel ou tel indicateur clé. Elle permet une appréciation immédiate de la situation.

C’est souvent par là que commence la lecture du rapport, et c’est la raison pour laquelle la donnée isolée est en général placée dans le quart supérieur gauche de la page.

Dans Power BI deux visuels sont proposés pour remplir cet office : d’une part la Carte (ne pas confondre avec la représentation géographique) - et sa variante, la carte à plusieurs lignes, d’autre part l’indicateur de performance clé (KPI).

Voici quatre exemples de cartes :

images/03sob63.PNG

Mettre en place une carte

images/p135.png

Créez une nouvelle page.

Cochez le champ Montant (Indicateurs).

Cliquez sur l’icône du visuel Carte.

Le premier exemple ci-dessus a été obtenu sans autre manipulation. C’est souvent exactement le rendu souhaité.

Le champ est automatiquement exprimé en unité « compacte » : ici, des milliers, mais aussi des millions, des milliards. L’idée est que le chiffre soit rapidement lisible : un montant de plusieurs centaines de millions d’euros, tel que 213 345 658, 34 € a peu d’intérêt (du point de vue du rapport). En revanche, 213,35 M€ est tout de suite plus clair.

Dans le volet VISUALISATIONS - Format, rubrique Étiquette de données, modifiez l’unité d’affichage à Aucun, et le nombre de décimales à 0 pour obtenir le deuxième exemple ci-dessus.

images/03sob64.PNG
images/03sob65.PNG

Dans le troisième exemple, c’est sur les rubriques Étiquette de la catégorie et Titre que nous avons apporté des modifications. La première est désactivée (la mention Montant disparaît), le second est activé, renseigné et formaté. La rubrique Bordure est activée.

images/corr-03sob63b.PNG
images/corr-03sob63t.PNG

Notez également que le chiffre a changé : en effet, un filtre a été posé sur l’année pour n’afficher que 2018.

Dans le quatrième exemple, la rubrique Arrière-plan a été activée et la couleur choisie, et la rubrique Bordure a été elle aussi activée, son radius (arrondi des coins) réglé à 30.

Sur les cartes affichant plusieurs chiffres, ils sont le plus généralement regroupés, en colonne le long de la bordure gauche de la page, ou en ligne le long de la bordure haute, pour une lecture directe :

images/03sob66.PNG

Mettre en place une carte à plusieurs lignes

images/p137.png

Comme son nom l’indique, la Carte à plusieurs lignes affiche plusieurs fois la donnée numérique, en fonction d’une catégorie : les montants par moyen de paiement par exemple, ou le top 5 des montants par ville.

images/03sob67.PNG

Créez une nouvelle page, cochez les champs Montant de la table Indicateurs et Libellé paiement de la table Paiement, puis cliquez sur l’icône Carte à plusieurs lignes.

Pour obtenir le résultat montré ci-dessous, cochez les champs Montant et Libellé paiement, puis cliquez sur l’icône de la carte à plusieurs lignes.

Le tri est ici déterminé par l’ordre alphabétique des libellés. Pour classer par montant décroissant, glissez le champ Montant au-dessus du champ Libellé dans le puits Champs (nous verrons plus en détail la question du tri des données lorsque nous évoquerons les tableaux) :

images/03sob68.PNG

Dans la rubrique Etiquettes de données du volet VISUALISATIONS - Format, augmentez la taille de la police.

Désactivez la rubrique Etiquettes de catégorie.

Paramétrez la rubrique Carte pour modifier l’apparence de ce visuel :

  • Ajoutez un Cadre à l’aide de la zone Plan

  • Modifiez la couleur de la barre, son épaisseur et la couleur d’arrière-plan en paramétrant les options comme sur l’écran suivant :

images/03sob69.PNG
images/03sob70.PNG

Ce visuel est utile dans la mesure où il est immédiatement lisible (sans avoir à utiliser l’ascenseur pour monter ou descendre dans la liste). C’est la raison pour laquelle vous devez vous efforcer de n’afficher que quelques lignes, par exemple en filtre par un Top n :

images/03sob71.PNG

Mettre en place l’indicateur de performance clé (KPI)

Power BI fournit un visuel permettant d’afficher un indicateur (montant par exemple), un objectif, et une évolution dans le temps.

Pour réaliser ce travail, il vous faut avoir créé un objectif. Il peut être récupéré dans la base source, ou créé directement sous forme de mesure dans Power BI : c’est ce que nous allons faire.

Créez une nouvelle page.

Dans la vue Rapport, faites un clic droit sur la table Indicateurs, choisissez l’option Nouvelle mesure, et rendez-vous dans la barre de formule.

Saisissez Objectif = 6000 dans la barre de formule et validez.

Créons maintenant le visuel :

Cochez les champs Montant et Objectif dans la table Indicateurs, ainsi qu’Année dans la table Table Dates.

Cliquez sur l’icône du visuel Indicateur de performance clé.

Remarquez les puits du volet VISUALISATIONS - Champs : Année est utilisée comme Axe de la tendance.

images/03sob72.PNG

La zone rose indique qu’entre 2018 et 2019, les ventes ont baissé

Attention : la valeur indiquée est la dernière valeur connue pour l’axe de la tendance (ici, nous avons deux années, le montant des ventes pour 2019 est de 1,02 k€). Ce visuel est donc souvent utilisé avec une donnée cumulative (c’est par rapport au cumul des ventes que l’objectif a du sens).

Le chiffre 1,02 k€ est affiché en rouge : il est en deçà de l’objectif (il est même précisément 83 % en dessous). Si nous avions dépassé l’objectif, le chiffre serait affiché en vert.

Les couleurs peuvent être réglées dans la rubrique Code couleur du volet VISUALISATIONS - Format :

images/03sob73.PNG

Posez un filtre sur ce visuel pour ne montrer que l’année 2018.

Ajoutez un titre.

images/03sob74.PNG

La zone rose a disparu : la tendance n’existe plus puisque nous n’avons qu’une année

Dans la rubrique Objectifs du volet VISUALISATIONS - Format, vous pouvez paramétrer l’affichage ou non de la valeur de l’objectif et la distance qui en sépare (en pourcentage) :

images/03sob75.PNG
images/03sob76.PNG

Ici, l’affichage de l’objectif a été désactivé - seule la distance (%) est visible

Les tableaux

Le dernier visuel dans notre catalogue des visuels clés est le tableau, ou plutôt les tableaux, puisque nous distinguerons le tableau simple et la matrice (ou tableau croisé).

Ce type de visuel doit être utilisé avec prudence : Power BI n’est pas Excel, et bien qu’il soit possible d’y créer un tableau de plusieurs centaines de milliers de lignes, est-ce bien adapté ? N’oubliez pas que dans la suite de son cycle de vie, votre rapport va être diffusé sous différents formats, et certains ne sont pas du tout adaptés à ces interminables tableaux (pensez à une impression papier, un affichage sur smartphone, etc.).

Ces très longs tableaux peuvent par ailleurs poser de sérieux problèmes de performances.

Ce que vous verrez cependant, c’est un tableau qui affiche un nombre limité de lignes, par exemple les Top20 des produits en termes de quantité écoulée, ou une liste filtrée de clients (par exemple en fonction de leur lieu de résidence).

Le tableau est donc bien un visuel utile, mais il doit rester lisible.

Mettre en place le tableau simple

images/p142.png

La mise en place est très simple, en tout point comparable à ce que nous avons déjà vu. En revanche, il existe de nombreuses rubriques pour paramétrer le tableau :

  • Le style (visuel) du tableau : différents styles sont prédéfinis, définissant l’apparence des en-têtes et des lignes du tableau.

  • L’affichage ou non de la grille verticale et horizontale, son apparence : la grille peut être plus ou moins marquée (en général, elle doit être discrète).

  • Les en-têtes de colonne : la taille, la couleur, l’alignement du texte.

  • Les valeurs à l’intérieur du tableau : même chose que pour les en-têtes, et les couleurs alternées pour les lignes.

  • Les totaux : doivent-ils être affichés (activés) ?

  • La mise en forme de chaque champ : à l’aide d’un menu déroulant, chaque champ constituant votre tableau peut avoir ses propres paramètres d’affichage (couleurs, taille, etc.).

  • La mise en forme conditionnelle des valeurs : nous allons regarder cette rubrique de plus près.

Commencez par créer une nouvelle page.

Sélectionnez les champs Libellé catégorie et Code catégorie dans la table Catégories.

Sélectionnez le champ Quantité dans la table Détail des commandes.

Si Power BI ne vous propose pas d’emblée un tableau, cliquez sur l’icône correspondante (Table).

images/03sob77.PNG

Le tableau est classé en fonction de la première colonne, et affiche un total.

Pour classer le tableau en fonction d’un autre champ, cliquez sur l’en-tête de la colonne. 

Le tri pour les autres types de visuels passe par les options du visuel, que nous détaillerons plus loin dans cette section.

Pour enlever le total, rendez-vous dans la rubrique Total du volet VISUALISATIONS - Format.

images/03sob78.PNG

Classement par ordre décroissant du champ Quantité

Appliquer une mise en forme conditionnelle

Le tableau est un visuel offrant de nombreuses options de mise en forme conditionnelle des données.

Celle-ci peut être appliquée :

  • À un champ texte, en fonction d’une donnée numérique, présente ou non dans le visuel. 

  • À un champ numérique.

De plus, elle peut être appliquée :

  • À la cellule : Couleur d’arrière-plan.

  • À la police de caractères : Couleur de police.

  • Ou sous forme de barres dans le tableau (barre avec le chiffre ou barre seule) : Barres de données.

images/03sob79.PNG

Les quatre modalités de la mise en forme conditionnelle

Par défaut, le rouge est utilisé pour les valeurs basses, le vert pour les valeurs hautes, et il est possible de modifier ce paramètre.

Le tableau étant sélectionné, ouvrez la rubrique Mise en forme conditionnelle du volet VISUALISATIONS - Format.

À l’aide du menu déroulant, sélectionnez le champ Quantité.

Activez la zone Couleur d’arrière-plan.

Cliquez sur Commandes avancées pour paramétrer la mise en forme conditionnelle.

images/03sob80.PNG

Il existe trois façons d’appliquer la mise en forme :

  • L’échelle de couleurs applique un dégradé continu de couleur (du plus clair au plus foncé, du rouge au vert, etc.).

  • La règle, qui applique une couleur en fonction d’un test : ex., si la somme des quantités est supérieure à 100, appliquer la couleur bleue.

  • Enfin la valeur de champ : elle repose sur l’existence dans les données d’un champ indiquant par exemple la couleur d’un produit. Ce champ peut être lu par Power BI et la couleur être utilisée pour mettre en forme la cellule.

Mettre en forme par l’échelle de couleurs

Paramétrez les options de la boîte de dialogue comme dans l’écran ci-dessous puis validez. 

images/03sob81.PNG
  • La mise en forme est avant tout basée sur un champ et sa totalisation (Résumé). Le plus souvent la somme d’une donnée numérique, montant des ventes, quantité, etc., mais également la moyenne. D’autres fois, le « nombre de », où il s’agit de dénombrer une donnée non numérique (nombre de commandes, ...