Introduction

Dans le chapitre précédent, nous avons rappelé les actions simples à connaître : l’action d’affectation, l’action d’entrée et l’action de sortie. Les problèmes traités possèdent des solutions élémentaires constituées d’une suite finie et ordonnée d’actions simples, qui sont exécutées en séquence.

En réalité, les problèmes sont plus complexes que ça. Pour la résolution de certains d’entre eux, on se trouve confronté à choisir un traitement particulier à exécuter selon les valeurs de certains objets du problème. Pour cela, on peut avoir recours aux structures conditionnelles. Ces structures sont des structures de contrôle effectuant un test logique et permettant un choix entre divers blocs d’actions et de commandes suivant le résultat de ce test.

Une condition est une expression booléenne qui est conceptuellement ou logiquement vraie ou fausse. Une expression booléenne peut avoir des opérateurs relationnels et des opérateurs logiques. Mais si l’on veut que la comparaison ait un sens, il faut que les deux valeurs de la comparaison soient du même type ou de type compatible.

On distingue plusieurs formes d’instructions conditionnelles :

  • Structure conditionnelle simple.

  • Structure conditionnelle double.

  • Structure conditionnelle imbriquée.

  • Structure...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_RIMATLAB.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Gestion des fenêtres graphiques
Suivant
L’instruction conditionnelle if