Le pragmatisme

Le sixième principe n’est que du bon sens : faire simple et pratique. Dans tous les cas, utiliser un minimum d’étapes pour atteindre un objectif. Tous les livrables doivent être produits avec des solutions simples et doivent amener une valeur à au moins une partie prenante. Si un processus, un service, une action, ou un indicateur ne fournit pas de valeur, il faut absolument le supprimer. Il est préférable d’être incomplet au début et d’ajouter progressivement des indicateurs, des actions, des fonctionnalités de services, ou d’autres services uniquement quand cela est nécessaire.

Par contre, il peut y avoir des conflits d’intérêts au sein de l’entreprise, par exemple, sur le reporting. La direction réclame souvent des tableaux de bord qui demandent la collecte de nombreux indicateurs, et donc une dépense de temps non négligeable. ITIL 4 préconise d’abord d’automatiser au maximum toutes les tâches répétitives et de mettre en avant le ratio charge de travail-valeur fournie pour canaliser les demandes de la Direction.

La mise en œuvre de ce principe directeur se résume à :

  • s’assurer que chaque activité fournit de la valeur,

  • la simplicité est la plus grande sophistication,

  • minimiser le nombre d’activités,

  • plus c’est facile à expliquer, plus cela sera facile à se l’approprier,

  • les succès rapides...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPV4ITI.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L'approche holistique
Suivant
L'optimisation