Sommaire

Cloud et « green IT »

L’informatique est consommatrice d’énergie, mais qu’est-ce qui ne l’est pas aujourd’hui ? Pas une activité humaine sans consommation d’électricité ou d’essence. L’informatique n’échappe bien évidemment pas à la règle. Le « green computing », ou informatique durable dans la langue de Molière, possède même sa propre page Wikipédia bien fournie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Informatique_durable), ce qui en démontre aujourd’hui l’importance.

Loin de moi de me lancer dans la réponse à la question : le cloud est-il « environnementalement » durable ? Il est cependant légitime de se poser la question de celui qui est le plus « eco-friendly » entre mon centre de données et celui de mon prestataire de cloud, car au final, il y aura de toutes les façons consommation d’énergie pour faire tourner mes applications (certes, on peut aussi décider de se passer complètement d’informatique, mais là encore, ce n’est pas du tout le propos de ce livre).

Quelques faits avérés pour commencer :

  • D’après Greenpeace, les centres de données consomment 2 % de l’énergie mondiale.

  • L’efficacité énergétique des centres de données (le Power Usage Effectiveness) ne cesse ...