Sommaire

Classes de stockage Classes de stockage

1. Origine du besoin

La section précédente a permis d’aborder le travail nécessaire à la mise en place d’un volume persistant :

  • une déclaration pour indiquer que de l’espace disque est disponible,

  • une déclaration pour pouvoir s’accaparer un espace disque,

  • une action manuelle pour positionner les droits sur les répertoires.

Heureusement pour l’administrateur, ce travail de déclaration n’est pas nécessaire. Il est possible de passer par un gestionnaire automatique de volume persistant : les objets StorageClass (ou son raccourci sc). StorageClass sc

Ces objets vont se charger d’intercepter les demandes de volumes persistants (PersistentVolumeClaim) et de réaliser automatiquement les actions suivantes :

  • création de l’objet PersistentVolume,

  • attribution des droits ad-hoc.

Autre point, un cluster Kubernetes peut faire appel à plusieurs classes de stockage offrant plusieurs niveaux de services, comme par exemple :

  • une classe ssd pour des disques rapides de type SSD,

  • une classe hdd pour des disques durs classiques de type HDD,

  • une classe nfs pour pouvoir partager un espace disque entre plusieurs pods.

Charge à vous ensuite de créer le type de disque nécessaire en fonction des besoins des utilisateurs.

Ainsi, une application réclamant des disques rapides pourra demander des disques SSD, tandis qu’une autre prendra des disques traditionnels afin de réduire ...