Le paradigme de l’automatisation des infrastructures Automatisation:des infrastructures

1. La rencontre

À partir du milieu des années 2000, un certain nombre d’outils apparaissent afin de faciliter la gestion des déploiements des serveurs, physiques ou virtuels. C’est le cas notamment de Puppet qui propose dès 2005 une solution d’automatisation des déploiements pour le packaging et le provisioning automatique des ressources système ainsi que pour la configuration des applications (c’est un logiciel de gestion de configuration et d’automatisation des déploiements).

Cette avancée technologique va rapidement venir rencontrer les agilistes qui se confrontent depuis les débuts du Scrum au problème de la fréquence des déploiements et la désynchronisation entre les équipes de développement et les opérations.

Le problème est latent, mais il n’est pas encore vraiment défini, ni même nommé, quand deux ingénieurs, Patrick Debois et Andrew Shafer, l’un ingénieur système et l’autre développeur, viennent à se rencontrer lors de la conférence agile de Toronto de 2008 et posent l’idée que les équipes de développement et des opérations devraient travailler ensemble, et non dans des services séparés, en s’appuyant sur les outils d’automatisation d’infrastructure. Ceux-ci doivent permettre...

couv_HSDPDEVOPS.png

Découvrez 

le livre :

Aussi inclus dans nos :

Précédent
La spécialisation et la séparation des responsabilités dans les DSI
Suivant
L'apport du Continuous Delivery (livraison continue)