Sommaire

L’algèbre booléen

1. L’origine des tests

Les tests effectués tant en algorithmique qu’en programmation sont des tests logiques, ou plutôt faisant appel à la logique. Le chapitre Les variables et opérateurs a déjà brièvement abordé ce point lorsqu’il a été question des opérateurs booléens. Les opérateurs dits logiques ET, OU et NON sont des représentations de la logique. De quelle logique parle-t-on ?

Fondamentalement, la logique est la même pour tout le monde, bien que évidemment l’interprétation des résultats puisse varier d’un individu à l’autre (en statistique par exemple). La logique est universelle. Monsieur Spock, s’il avait existé n’aurait pas dit mieux. Mais jusqu’à peu (dans l’échelle de l’humanité) il n’y avait aucun moyen de se la représenter réellement, sous forme de symboles, d’assertions, etc. Il n’y avait aucune représentation formelle de la logique. 

Or un ordinateur est logique (même si on peut lui demander des choses illogiques, c’est vous qui le programmez après tout). La logique est même la base de nombreuses applications mathématiques, électroniques, d’intelligence artificielle. En informatique, le matériel est électronique et dépend de la logique, et les programmes dépendent tant de tests ...