Utilisations de la donnée publique

1. Centralité de l’usage

Jusqu’à maintenant, nous n’avons parlé que de données, mais quel est l’usage derrière cette donnée brute ? Comment faire en sorte que cette donnée soit une réelle information et qu’elle apporte de la connaissance. La sémantique dans cette dernière phrase est importante car :

  • 63,03 est une donnée ;

  • 63,03 millions d’habitants en France en 2013 est une information ;

  • Cette information participe à la connaissance de la démographie française, en aidant à la compréhension de l’évolution de celle-ci.

Les données sont parfois brutes au point de ne pas préciser les unités associées, ce qui les rend quasiment inutiles puisqu’elles ne pourront alors pas porter d’information, ou en tout cas pas sans un niveau d’incertitude très élevé.

Certaines informations, de la même manière, sont tellement parcellaires qu’on ne peut en tirer qu’une connaissance très limitée. La population de la France était-elle décomptée par recensement ou estimée par des méthodes statistiques ? S’agit-il bien de la population de la France entière et non pas de la population métropolitaine seulement ? Comment ce nombre s’inscrit-il dans l’évolution de la population ? En hausse, en baisse ?

On voit bien que toutes...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPOPE.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Premiers résultats
Suivant
Trouver des flux