Introduction

J’écris ces lignes quelque temps après la parution du 3e volet du sixième rapport du GIEC. Soyons honnêtes : c’est la quatrième claque que je prends en lisant un tel rapport en quatre ans. Les scientifiques ne cessent de sonner l’alarme et il semble que cette fois-ci, le public daigne tendre l’oreille. Les conclusions des chercheurs sont pourtant simples :

1. Il n’y a aucun doute, le changement climatique est l’œuvre de l’humain.

2. Les conséquences sont que les phénomènes météorologiques extrêmes seront plus fréquents et plus intenses.

3. On peut changer la trajectoire et respecter l’accord de Paris (en limitant le réchauffement entre 1,5 et 2°C) si tout le monde s’y met, en particulier en réduisant massivement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre.

Pour des raisons de simplicité, je choisis ici de me focaliser sur les émissions de gaz à effet de serre, mais il ne faut pas pour autant oublier qu’il y a bien d’autres sujets préoccupants, comme la pollution, l’effondrement de la biodiversité, et l’épuisement des ressources.

Ce qui nous arrive ici est difficile à appréhender pour plusieurs raisons. La première est psychologique et liée au fonctionnement même de notre cerveau. Structurellement, ce dernier permet de faire face à des menaces...

couv_HSDPGREENITDE.png

Découvrez 

le livre :

Aussi inclus dans nos :

Précédent
Titre, auteur...
Suivant
L’autre révolution