Introduction

Dans le cadre du règlement européen sur l’IA, il est énoncé que l’IA, pour être acceptable, doit garantir aux Européens qu’ils peuvent lui faire confiance. Ainsi, des règles proportionnées et souples, prévues pour faire face aux risques spécifiques liés aux systèmes d’IA, constitueront l’ensemble de normes le plus strict au monde.

Un plan coordonné décrit les réorientations et les investissements qui seront nécessaires au niveau des États membres pour renforcer la position de premier plan de l’Europe dans le développement d’une IA centrée sur l’humain, durable, sûre, inclusive et digne de confiance.

images/P2-02DP01.png

Les nouvelles règles, fondées sur une définition de l’IA à l’épreuve du temps, seront directement applicables dans tous les États membres. Elles suivent une approche fondée sur les risques. Le projet de règlement prévoit quatre niveaux de risques : minime, limité, élevé et inacceptable.

En pratique, il n’est pas question d’autoriser des usages inacceptables en IA au sein de l’Union. En revanche, l’IA relevant de l’un des trois premiers niveaux pourra être mis en œuvre. Évidemment, la rigueur des obligations sera différente selon l’usage jugé peu risqué ou encore critique.

Examinons chacun de ses quatre...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Notes
Suivant
Les systèmes d’IA inacceptables