Sommaire

Une transition en douceur avec le passé

Les scripts sont rétrocompatibles, c’est-à-dire que, par exemple, les scripts écrits pour la version 1 de PowerShell fonctionneront avec la version 5.x. Du moins, en principe… car chaque nouvelle version apporte potentiellement de nouveaux mots-clés, commandes et variables et donc si par malchance vous les avez employés en tant que noms de variable ou de fonction, vous pourriez alors rencontrer quelques dysfonctionnements… Mais ne vous affolez pas pour autant car, dans plus de 99 % des cas, il n’y a pas de problème, ou alors c’est que vous n’avez pas de chance...

Il convient cependant de nuancer un peu nos propos car depuis PowerShell 6, les choses ont quelque peu changé. En effet, comme nous vous le disions au début de ce chapitre, PowerShell 6 représente en quelque sorte un renouveau dans l’écosystème PowerShell du fait qu’il soit maintenant open source et multiplateforme. Microsoft s’est donc autorisé de nombreux « breaking changes », entendez par là des changements pouvant entraîner des dysfonctionnements sur des scripts existants.

Quant aux inconditionnels de CMD qui ne se seraient pas encore convertis à PowerShell, qu’ils se rassurent : PowerShell ne fait pas table rase du passé. Pratiquement toutes les commandes qui étaient incluses dans CMD le sont aussi dans PowerShell ; certaines le sont sous forme d’alias, ...